dimanche 25 septembre, 2022
  • Avoine saison culturelle

Téléphone à cadran et cabine d’essayage léopard : un temple du vintage dans le Vieux-Tours

Victory Shop vient d’ouvrir, Rue du Change.

Chez Wilfried Camain rien n’est laissé au hasard : ancienne pompe à essence, robes à pois, radio rock américaine, mur de briques, sièges en léopard dans la cabine d’essayage, affiches de pin-up et téléphone à cadran sur le comptoir… L’homme est un passionné des modes du passé, il l’assume et en fait désormais son activité principale, après 10 ans sur les routes en tant que VRP dans l’univers des cosmétiques.

Depuis début février, le voici donc à la tête de Victory Shop, petite boutique consacrée à l’univers des années 40 à 70 nichée dans la Rue du Change, au cœur du Vieux-Tours : « je n’imaginais pas m’installer ailleurs » complète-t-il tout heureux d’avoir trouvé ce local en novembre dernier. Inspiré par des amis lyonnais qui ont monté un magasin similaire dans le Rhône, l’homme est encore en rodage car c’est la première fois qu’il tient un commerce mais il sait ce qu’il veut. Il faut dire que ça fait plus de 20 ans que ce grand collectionneur baigne dans le vintage, d’autant qu’il est un membre actif de l’association Touraine Mémoire 44 qui participe chaque année à la cérémonie de commémoration de la Libération de Tours ou aux célébrations du 6 juin 1944 sur les plages de Normandie.

Sur la caisse trône un vieux Marie-Claire de 1979 : « je m’en inspire pas mal pour trouver des tenues. » Car Wilfried Camain chine en permanence et se réjouit du retour des vides-greniers ces semaines-ci. Chaque week-end, il est donc sur les routes dès 6h30 le matin pour débusquer des pièces rares à proposer dans ses rayons. Mais dans le catalogue de Victory Shop on trouve aussi du neuf d’inspiration vintage, comme des parapluie, des sacs ou des objets de déco. « J’attends une livraison de vêtements Rockabilly en provenance des Etats-Unis, j’ai récupéré des anciens stocks de La Samaritaine de Paris et j’ai retrouvé des patrons de robes des années 40 et 50 que je vais faire de nouveau fabriquer, en neuf, ce qui sera unique à Tours » précise-t-il.

Sur les cintres et les étagères, de quoi habiller la femme ou les fillettes, de 3 à 60€. Vichy, carreaux, robes cintrées ou évasées… « n’hésitez pas à revenir souvent, le stock bouge » conseille Wilfried Camain à deux clientes sur le point de quitter son magasin. Déjà sollicité par une troupe de théâtre qui cherche des costumes ainsi que des photographes ou leurs modèles intéressés par l’univers pin-up, il a également la ferme intention de faire vivre sa boutique et sa vitrine avec des animations, des défilés, des shootings photos ou de mini expositions sur les pavés « au moment du 8 mai ou du 6 juin par exemple, notamment pour mettre en valeur les femmes qui ont contribué à l’effort de guerre » nous dit-il en désignant l’un de ses mannequins habillé en infirmière d’époque.

Olivier COLLET / Photos (argentique) : Delphine NIVELET

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !