vendredi 30 septembre, 2022

A Tours, la Cité de la Gastronomie est enfin mûre

Après une longue marinade de trois ans, la ville et l’association Tours Cité de la Gastronomie ont dévoilé leur recette pour faire de la Touraine une ambassadrice trois étoiles de la culture du bien manger.

Cette fois ça y est, la Cité de la Gastronomie de Tours est sur les rails. Alors qu’on la disait souvent en retard face à ses partenaires de Dijon, Lyon et Paris-Rungis qui avaient déjà présenté leurs ambitions (créations de lieux, projets de développement…), elle semble désormais avoir un peu d’avance sur ses partenaires du réseau : « leurs bâtiments seront fonctionnels à l’horizon 2019-2020 alors que nous allons ouvrir le nôtre dès l’automne 2016 » expliquaient en cœur ce jeudi le maire de Tours Serge Babary et le président de l’association Tours Cité de la Gastronomie Emmanuel Hervé.

Car contrairement aux autres Cités qui entament des projets de construction et de rénovation ambitieux, Tours va simplement réaménager un bâtiment universitaire du Boulevard Béranger accessible dès septembre si tout va bien pour l’installation des bureaux de l’association avant qu’il n’accueille les étudiants du futur Institut Universitaire des Sciences de l’Alimentation qui doit y ouvrir en 2017 (tous les détails dans notre autre article).

Que les Tourangeaux ou les touristes de passage se rassurent : les partenaires de la Cité de la Gastronomie (une centaine) ne veulent pas en faire un lieu fermé et élitiste. « Notre association aura pour mission de soutenir des projets portés par des acteurs locaux et éventuellement de porter ses propres projets » a expliqué le président Emmanuel Hervé. Donc il y aura des événements publics labellisés comme c’est déjà le cas du Salon du Livre Gastronomique par exemple mais aussi des cours de cuisine au sein du Boulevard Béranger et surtout des grands événements destinés à fédérer tout le territoire.

C’est ainsi qu’un Grand Repas était organisé ce jeudi avec un menu unique dans tous les collèges d’Indre-et-Loire, 95% des restaurants d’entreprise, 4 maisons de retraite et plusieurs restaurants de ville. Inventées par le chef Jean Bardet et conçues de façon à être réalisées à un coût raisonnable avec 90% de produits locaux, les recettes étaient destinées à mettre en valeur le terroir : pâté aux œufs (excellent !), poule au pot et légumes d’hiver ou un clafouti aux pommes et poires de Touraine (belle découverte). 6 000,poules, 10 tonnes de légumes ou encore 2 400l de jus de pomme ont été servis, et ce n’est que le début

« A l’automne (probablement au moment de la Fête – nationale – de la Gastronomie) on va organiser un second grand repas avec l’objectif de toucher 100 000 personnes » présente Emmanuel Hervé. Les écoles, lycées devraient notamment être impliqués. « La Cité de la Gastronomie ce n’est pas seulement un bâtiment c’est tout un territoire qui représente l’art de vivre à la française. L’esprit du repas c’est de partager et rassembler » explique encore le président de l’association qui lance ainsi une sorte de grande foire aux propositions pour faire naître des idées fédératrices. « Il faut apprendre à se nourrir de cueillettes et pas de gadgets, la cuisine ce n’est pas un 100m » a voulu philosopher le chef Jean Bardet.

Reste que si aujourd’hui Tours semble bien lancée, il va lui falloir poursuivre ses efforts pour conserver une bonne allure, une certaine endurance. Car le monde de la gastronomie est en perpétuelle évolution, au moins autant que celui des nouvelles technologies. « Il y a 15 autres villes qui voudraient ce label » reconnait d’ailleurs Emmanuel Hervé. Avec ses partenaires, il faudra donc être en veille perpétuelle, toujours devancer les tendances voir les susciter. On verra alors si cette Cité de la Gastronomie que l’on sent enfin prête à donner le meilleur d’elle-même est en mesure de nous régaler sans nous lasser. Et là, il faudra sans doute y mettre les budgets qui font défaut aujourd’hui.

Olivier COLLET

Ci-dessous les photos du Grand Repas dans le désordre (dessert, plat, entrée).

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !