vendredi 20 mai, 2022
  • Chambray en Mai
  • Shop in Touraine
Jardins Éphémères Amboise

SOPHIE AUCONIE – « Les français doivent apprendre à faire des sacrifices »

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Ancienne députée européenne UDI, désormais « simple » conseillère municipale de la majorité à Tours, Sophie Auconie ne se laisse pas aller. Sa stratégie : faire campagne toute l’année. Rencontre au long cours pour Info-Tours.fr.

Depuis le mois de mai vous n’êtes plus députée européenne mais, à en croire votre agenda, vous restez très active dans ce domaine…

J’ai regretté le fait d’avoir perdu mais j’ai tourné la page. Ce mandat m’a passionnée et je continue à aller à Bruxelles une fois par mois minimum. J’ai été très présente sur le terrain pendant cinq ans et j’ai eu le temps de mesurer combien l’Europe était éloignée des français. Ma mission c’est de rapprocher l’Europe des citoyens, même après mon mandat.

Vous êtes déjà en campagne pour les européennes de 2019 ?

Oui, je souhaite être investie par mon parti dans cinq ans, que mon nom s’impose dans cette élection. Je n’ai pas d’ambition nationale : l’Assemblée, passer à la télé… c’est le cadet de mes soucis. Je veux juste que la France soit influente en Europe.

« Je serai candidate aux élections régionales de 2015 »

L’an prochain, il y a des élections locales… Il se murmure qu’en cas de victoire de l’opposition, la présidence de la région Centre pourrait être donnée à l’UDI…

Si les négociations entre l’UMP et l’UDI aboutissent à une entente, oui. Cette candidature serait alors portée par Philippe Vigier.

Et vous ?

Le conseil régional, ça m’intéresse. Je serai donc candidate. Mais je suis aussi contre le cumul des mandats. Mon objectif c’est d’apporter mon expertise européenne pour les régionales, développer les relations entre le Centre et le Parlement Européen. Puis, si je suis élue à Bruxelles, je démissionnerai de mon siège à la région.

Vous dîtes que les relations entre la région Centre et l’Europe sont peu développées… Pourtant, on vient d’apprendre que l’Union Européenne a versé plus de 550 millions d’euros d’aides pour y soutenir des projets, ce n’est pas rien !

Entre les chiffres que donne la région et ce que verse réellement le parlement il y a une différence. La région Centre ne dépense pas tout, du coup l’argent des aides repart à Bruxelles. On utilise bien les fonds pour l’agriculture, la recherche ou Erasmus mais pas assez ceux dévolus à nos entreprises qui en auraient besoin.

Dimanche, la droite est assurée de redevenir majoritaire au Sénat suite aux élections sénatoriales… Ca va vraiment changer quelque chose ?

Ca enverra un signal essentiel : que les français ne veulent plus de la politique sans cap ni professionnalisme de François Hollande. Par exemple, mardi soir le ministère de l’intérieur a annoncé l’arrestation de 3 islamistes qui ont en fait dû se livrer eux-mêmes à la gendarmerie mercredi : mais on va où ? Il n’y a pas de patron ! Ni à l’Élysée, ni dans les ministères. Les élus n’ont aucun crédit et les fonctionnaires ont pris le pouvoir.

« Nicolas Sarkozy est plus un partenaire qu’un adversaire »

Que pensez-vous des propositions du MEDEF qui souhaite la suppression de 2 jours fériés et une renégociation des 35h afin de relancer l’emploi ?

Je pense que les français sont capables d’entendre que, comme notre pays est en grande difficulté, il faut prendre des décisions difficiles. La France doit apprendre à travailler plus et faire des sacrifices. On ne peut pas continuer à être le peuple qui travaille le moins, il faut ouvrir des négociations sur les 35h dans chaque branche de métiers. On devrait aussi faire comme le socialiste Schröder en Allemagne : il a sacrifié sa carrière pour réformer.

Que pensez-vous du retour de Nicolas Sarkozy ? Est-ce que son emprise médiatique n’est pas une mauvaise nouvelle pour le Centre ?

Nicolas Sarkozy n’a pas intérêt à tout écraser. Il doit créer un rassemblement politique. C’est un homme qui a ses atouts et ses faiblesses mais surtout une vraie énergie, une profondeur politique que peu de personnes ont. Je n’ai pas ses valeurs mais je considère qu’il est un partenaire plus qu’un adversaire. Cela dit, l’UDI ne doit pas être le suceur de roue de l’UMP.

Justement, l’UDI aussi est en campagne pour sa présidence… Vous soutenez Jean-Christophe Lagarde, pourquoi ?

Jean-Christophe Lagarde est centriste depuis qu’il est né ! Très engagé dans ses valeurs. Il a conquis Drancy après 70 ans de communisme et sans en être originaire puisqu’il est de Châtellerault. Puis il a gagné sa circonscription et fait élire un sénateur sur le 93. C’est un vrai bâtisseur, un rassembleur capable de nous aider à la conquête de nos territoires

Enfin, à Tours, quel est votre bilan des 6 premiers mois de Serge Babary ?

J’étais en campagne pendant 3 de ses 6 mois et je me suis peu investie… Je suis une hyperactive et je dois voir avec lui lundi comment retrouver ma place à la mairie sans prendre de poste d’adjointe. J’aimerai notamment développer la notoriété de Tours via des événements comme les 10 et 20km plus le marathon. Il faut donner à ses courses une ampleur internationale, faire venir des vedettes sportives. Il faut un événement qui permette à Tours de rayonner dans la France entière, sans forcément créer quelque chose de nouveau, plutôt développer l’existant, le transcender. On peut notamment s’appuyer sur le sport : notre équipe de volley a de si bons résultats, demandons aux commerçants de mettre leurs vitrines aux couleurs du TVB ! Il faut aussi que Tours communique jusque dans le métro parisien, vante ses atouts comme le font des villes beaucoup plus petites : Niort, Mâcon et même La Roche sur Yon !

Sur le premier bilan, c’est difficile d’arriver après 19 ans de socialisme. Nous devons mettre en œuvre progressivement une véritable dynamique car nos entreprises sont en souffrance notamment les commerces du centre ville. Il faut aussi un audit de l’urbanisme : les constructions récentes de Tours sont trop différentes. Objectivement, les Deux Lions, c’est moche ! Il faut créer une harmonie comme à Orléans ou St-Cyr-sur-Loire. Et forcément, si on mène une réflexion de fond là-dessus on sera moins sur des choses aux résultats visibles immédiatement.

Propos recueillis par Olivier COLLET

Vitiloire
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !