mercredi 7 décembre, 2022
  • Ligue contre le cancer

Mairie de La Riche : le remplaçant de Wilfried Schwartz a été élu

La fin d’un mandat de 8 ans et demi pour Wilfried Schwartz. Elu maire de La Riche en 2014, l’homme de gauche a officiellement été remplacé à son poste ce jeudi 6 octobre. Un départ contraint après deux condamnations dans l’affaite dite de la gifle, cette baffe qu’il aurait administrée à son ex-directeur de cabinet fin juin 2021 alors qu’il était encore président de Tours Métropole.

Même s’il nie les faits, Wilfried Schwartz a été reconnu coupable en première instance et en appel, chaque fois avec une peine comprenant une période d’inéligibilité. Il a engagé un pourvoi en cassation pour tenter de faire capoter la procédure mais il faudra plusieurs mois avant une décision. Dans cette attente, son maintien en poste paraissait compliqué, il a donc choisi de partir même si légalement il aurait pu continuer.

Ce jeudi soir les élus de La Riche se sont donc rassemblés pour élire un remplaçant à la tête de la ville. Une décision importante car il ne faut pas oublier que l’on parle là d’une des plus grosses communes de l’agglo avec un grand quartier de logements neufs en cours de construction et un projet éventuel de deuxième ligne de tramway sur son territoire.

Débutée en toute fin d’après-midi, la réunion a vu l’élection de Filipe Ferreira-Pousos au poste de maire, ce dernier battant Isabel Texeira (22 voix contre 7 auxquelles il faut ajouter 3 abstentions).

Neuf adjoints au Maire ont ensuite été élus : M. Philippe Plantard (1er adjoint), Mme Noura Kenani, M. Frédéric Domingo, Mme Martine Allain, M. Habib Bahnes, Mme Marie-Christine Darcier, M. Charles Thiou, Mme Rabia Bouakkaz et M. Damien Mateos.

Précisons que, pour l’instant, et dans l’attente d’une nouvelle décision judiciaire, Wilfried Schwartz reste conseiller municipal mais aussi vice-président de Tours Métropole en charge des mobilités (dont le dossier du tram). Il est par ailleurs toujours conseiller départemental du canton regroupant La Riche et Ballan-Miré. Si sa peine est confirmée par la cour de cassation il devra démissionner. Sinon il pourra poursuivre ses mandats.

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !