mercredi 30 novembre, 2022

Qui sont les femmes qui vont avoir un lieu à leur nom à Tours ?

« La visibilité des femmes est un enjeu important pour changer les représentations mentales et offrir des modèles diversifiés à tous les habitants et toutes les habitantes » expliquait cet été Elise Pereira-Nunes, élue de Tours en charge de l’égalité entre les femmes et les hommes. Parmi les actions qu’elle coordonne : un travail pour féminiser les noms de rues ou de lieux publics. Il y a du boulot car dans la ville on compte 54% de rues, boulevards, salles ou écoles avec un nom masculin pour… 4% dédiés à des femmes (les autres sont neutres comme la Place de la Liberté).

Ainsi, il y a peu, Jane Austen a vu une rue à son nom inaugurée au croisement de la Rue de Suède à Tours-Nord (l’autrice britannique est très connue pour ses romans dont « Raison et sentiment » publiée en 1811). La salle du Conservatoire portera elle le nom de Joséphine Baker, récemment panthéonisée (première femme à la peau noire à bénéficier de cette distinction de la nation).

Ce samedi 8 octobre, c’est la serre du Jardin Botanique qui va officiellement prendre le nom de Jeanne Barret. Née en Bourgogne en 1740, elle a dû se travestir en homme pour faire partie d’une expédition autour du monde organisée par Louis-Antoine de Bougainville en 1766. Une stratégie qui lui a permis de fournir un soutien précieux sur la classification et le catalogage des plantes croisées en chemin. Depuis 2012, une espèce de bougainvillier découverte en Amérique du Sud est baptisée solanum baretiae en sa mémoire. Et donc désormais la serre de l’Orangerie du Jardin Botanique qui renferme les bougainvilliers.

Un peu plus tôt à la rentrée, d’autres femmes ont été honorées dont Catherine Binet née à Tours en 1944 et réalisatrice du film Les jeux de la Comtesse Dolingen de Gratz (1980) et Alice Guy, devenue la première femme française réalisatrice de film en 1886.

D’autres baptêmes sont à suivre, un sondage en ligne ayant abouti sur la sélection de 20 personnalités féminines méritant qu’on leur fasse une place dans la ville. Les lieux sont déjà trouvés grâce à un collectif d’habitantes et d’habitantes, de jeunes du conseil municipal des jeunes ou d’un collectif de personnalités. Cela concerne notamment le quartier des Fontaines ou 2 nouvelles places et autant de rues doivent voir le jour après la destruction de l’ancien site de l’école de commerce Escem. Elles porteront le nom d’Anne Sylvestre, Isadora Duncan, François Maral et Pina Bausch.

A Tours-Nord, des espaces verts une avenue et 7 rues prendront des noms féminins dont Maria Montessori (fondatrice des écoles du même nom) ou Françoise Dolto. Enfin Ste Radegonde et Monconseil sont aussi concernés avec par exemple une rue Anne Frank, une rue Rosa Bonheur, une rue Rosa Parks et une impasse France Gall.

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !