lundi 6 février, 2023

Xavier Dateu veut gérer le département comme une entreprise

L’adjoint aux sports de la Ville de Tours est candidat aux départementales sur le canton de Tours Nord… et face au président sortant du Conseil Général. Chaud devant !

Xavier Dateu n’avait qu’une semaine entre les deux tours. Une semaine pour faire la différence, montrer qu’etre arrivé en tête dimanche 22 (mais avec une courte avance) est un vrai signe que les habitants de Tours Nord préfèrent désormais la droite à la gauche. Et c’est court une semaine, surtout quand un premier ministre vient se mêler de la campagne. Alors il attaque à boulets rouges : « c’est une réunion bling-bling, Manuel Valls vient en sauveur du Bounty, à la rescousse des soldats désespérés d’un PS isolé. C’est une exposition à son service à lui ».

Promesse : une permanence hebdomadaire sur le canton

Ensuite, l’adjoint UDI en course avec l’UMP Cécile Chevillard vante sa campagne de proximité : marché, porte-à-porte, marché, coup de fil au Maire pour gérer une affaire vite fait, porte-à-porte, réunion publique (ce jeudi, 20h30, space Gentiana)… S’il vient en mairie ce mercredi après-midi, c’est juste pour nous recevoir. Après, il repart sur son canton. Ce territoire qu’il n’a pas l’intention de lâcher s’il est élu, insiste-t-il lourdement. « Conseiller départemental, je continuerai à aller sur les marchés comme le fait Serge Babary depuis un an. » Et en plus, il veut ouvrir une permanence hebdomadaire : « ce n’est pas aux habitants de se déplacer pour avoir un rendez-vous ».

Alors que son adversaire socialiste et président sortant du Conseil Général Frédéric Thomas mène contre lui une campagne féroce, il monte sur le ring et attaque sur le vif : « 74 propositions ça me rappelle les 110 que faisait Mitterand. Et on se souvient que 3 ans après, il était en cohabitation ». Toujours un bon mot Xavier Dateu… « Les gens ne croient plus aux propositions qui ne sont pas réalistes et surtout qui ne peuvent pas être financées. »

F. Thomas accusé de s’attribuer les bonnes oeuvres de C. Roiron

Comme nombre de ses partenaires candidats à Tours (pas qu’à droite hein, vraiment tous), il s’appuie sur la politique Tourangelle pour développer ses arguments contre la gestion socialiste : « ils étaient aux affaires municipales et la situation est calamiteuse. Alors que Frédéric Thomas était adjoint aux finances de Jean Germain, il a fallu attendre 2012 pour réagir sur le sujet du prêt toxique de la ville ». Et il dit tout ça en remplissant une feuille de papier de chiffres pour appuyer ses démonstrations : « la droite a du mal à faire de la pédagogie sur les chiffres… ».

Sur le bureau de Xavier Dateu, il y a aussi le tract de Frédéric Thomas et Samira Oublal. Du caviar pour son opposant qui l’a annoté et démonte les arguments du PS un à un, mails à l’appui : « Pendant des années, Mr Thomas a été sourd aux désirs des habitants de Tours Nord. Il n’a rien fait contre la bétonnisation, il y a même participé. » Il l’accuse aussi de mentir sur son tract en jouant sur l’ambiguité des projets cofinancés par le département sur le canton (Médiathèque François Mitterand, école Jean de la Fontaine, terrain synthétique…). A chaque fois, le candidat UDI ressort les montages financiers prouvant que la ville y a mis bien plus de sous que le Conseil Général. Et en plus, il précise que tous ces projets que Frédéric Thomas s’attribue sont sur le territoire… de l’ancien canton de Claude Roiron. D’où ce terme pour résumer le tout : « c’estb de l’enfumage ».

« C’est de l’enfumage »

Sinon, Xavier Dateu localise aussi les grands arguments de campagne de l’UMP-UDI sur tout le département. Genre la lutte contre les 11 conseillers politiques et 12 communicants jugés inutiles : « à la Maison des Solidarités de Tours Nord qui couvre un territoire de 70 000 habitants il n’y a une assistante sociale qu’une demi-journée par semaine pour les recevoir. Vous trouvez ça normal ? » Donc il aimerait bien qu’un budget soit trouvé pour recruter d’autres assistantes sociales, si possible en CDI.

Concernant la gestion globale du département endetté à hauteur de 300 millions d’euros, il lâche le mot : « il faut plus une gestion d’entreprise qu’une gestion publique. Une entreprise veille à ne pas gaspiller, à prospérer, à rayonner. On ne va pas forcément chercher à gagner de l’argent mais on ne veut surtout pas en perdre ». Tout ça en augmentant les investissements et en promettant donc de ne pas alourdir la fameuse dette… Il va falloir en noircir des feuilles de chiffres pour résoudre cette équation !

Olivier COLLET

Plutôt Couteau que Louaut

Depuis que le maire de St Avertin, l’UMP Jean-Gérard Paumier, a annoncé qu’il ne briguait plus la présidence du département, il semble acuis que celui-ci reviendra à un UDI. Sans doute Jean-Yves Coueat (candidat à St-Cyr-sur-Loire) ou Pierre Louaut (dans le Lochois). Mr Dateu préfère Mr Couteau : « il s’est déclaré avant et il est fidèle. C’est aussi un homme de culture ».

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !