jeudi 9 février, 2023

La baguette classée au patrimoine mondial de l’UNESCO (et Tours y est pour quelque chose)

Un poids de 250g… Une croûte qui croustille et une mie moelleuse… De la bonne farine, de l’eau, du sel, levain ou levure… Présente dans la quasi totalité des boulangeries, la baguette est un emblème de la France : on en déguste 6 milliards par an ! A tel point que c’est devenu un cliché. Dans notre pays on aime le bon pain et ce produit en est la vitrine, son prix est d’ailleurs une référence quand on parle des augmentations de tarifs.

Eh bien voilà une nouvelle reconnaissance pour la baguette de tradition française : elle entre au patrimoine mondial de l’UNESCO.

C’est le résultats de plusieurs années de démarches officiellement récompensées ce mercredi 30 novembre depuis Rabat au Maroc. Et officiellement, ce sont précisément « les savoir-faire artisanaux et la culture de la baguette de pain » qui entrent sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Comme l’était déjà le repas gastronomique à la française.

Si l’on fait cette précision ce n’est pas pour rien : comme pour le repas gastronomique, la reconnaissance de la baguette de pain au niveau mondial on la doit en partie à l’Institut Européenne de l’Histoire et des Cultures de l’Alimentation. Une institution… basée à Tours, et qui s’occupe notamment de l’animation de la Cité de la Gastronomie installé dans la Villa Rabelais du Boulevard Béranger.

« C’est une reconnaissance pour la communauté des artisans boulangers-pâtissiers et la Confédération Nationale de la Boulangerie-Pâtisserie Française (CNBPF). La baguette c’est de la farine, de l’eau, du sel, de la levure et le savoir-faire de l’artisan », déclare Dominique Anract, son président en réaction à la nouvelle.

L’enjeu des candidatures à la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel est d’assurer que les pratiques défendues perdurent expliquent les boulangers professionnels qui proposent de mettre en place des mesures de sauvegarde en matière de transmission, de documentation et recherche et de promotion. Ce afin que la baguette ne soit pas dévoyée et qu’elle continue à représenter une alimentation de qualité (même si on sait bien qu’il en existe de toutes sortes).

C’est donc aussi une récompense pour l’IEHCA tourangeau qui fait une fois de plus la preuve du sérieux de ses démarches en terme de conservation du patrimoine culinaire. La structure est également spécialisée dans la recherche. A noter qu’une réception pour célébrer ce titre est prévue vendredi à Tours.

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !