lundi 28 novembre, 2022

Grève du 18 octobre : Environ 2700 manifestants à Tours

Ce mardi 18 octobre,près de 150 points de rassemblement étaient organisés en France, dans le cadre de la journée de mobilisation organisée par la CGT, FO, Solidaires et FSU ainsi que les organisations de jeunesse Fidl, MNL, Unef et la Voix lycéenne. A Tours, cette journée de mobilisation a notamment pris la forme d’une manifestation qui s’est élancée vers 14h de la place Jean Jaurès. Cette dernière a rassemblé entre 2700 et 2800 personnes selon notre comptage.

Dans le cortège on retrouvait des salariés du privé dont ceux de SKF, mais aussi et surtout des salariés du secteur public qu’ils soient cheminots, employés municipaux ou du département et beaucoup d’enseignants et personnels de l’Education Nationale, ainsi que des étudiants et lycéens.

Dès le matin, plusieurs lycées du département avaient été perturbés par des situations de blocages : c’était le cas notamment à Grandmont, Paul-Louis Courrier, Balzac à Tours, Vinci à Amboise ou encore les lycées professionnels comme Albert Bayet à Tours. Pour ce dernier, les enseignants étaient d’ailleurs bien visibles dans le cortège de l’après-midi derrière une banderole du lycée.

Selon le ministère de l’Education nationale, environ 6 % des enseignants étaient en grève ce mardi. Le mouvement était plus particulièrement suivi dans le second degré que dans le premier, et notamment dans les lycées professionnels où le taux de grévistes approchait les 23 %. Ces derniers manifestaient notamment contre la réforme de l’enseignement professionnel. « Cette réforme a été annoncée en septembre sans aucune concertation, et doit entrer en vigueur dès septembre 2023… Elle induira encore plus de stages des élèves dans les entreprises, au bon vouloir de ces dernières qui vont en profiter pour leur confier des tâches d’exécution et tout cela se fera au détriment des enseignements notamment généraux » témoignait ainsi une enseignante dans le cortège.  

Les enseignants et élèves des lycées professionnels étaient d’ailleurs bien représentés dans leur ensemble dans la manifestation, prenant même sa tête au départ, avant que la tête du cortège de l’intersyndicale ne prenne le relais au nom de l’unité des luttes.

Car pour l’intersyndicale et plus particulièrement la CGT, le syndicat le plus représenté dans les rues de Tours ce mardi, l’objectif est bien de généraliser la contestation, alors même que celle-ci s’est focalisée ces 15 derniers jours sur les raffineries et les pénuries d’essence. « Seule la grève générale fera bouger les choses » expliquait un manifestant : « les hausses des prix et l’absence d’augmentation des salaires concerne tout le monde, il faut que l’opinion publique en prenne conscience. Ce n’est pas en divisant les problèmes et les luttes que nous arriverons à faire entendre raison au gouvernement ».

Reste à savoir si le mouvement réussira à perdurer dans les prochains jours et semaines…

Mathieu Giua

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !