jeudi 8 décembre, 2022
  • Ligue contre le cancer

Encore plus de rues en l’honneur des femmes à Tours

Ce lundi 4 juillet le conseil municipal de Tours examinait une délibération pour nommer 4 voies urbaines et une salle du Conservatoire, nées sous X. 3 d’entre elles prennent le nom d’une femme car ça manque dans la commune : 4% des lieux publics ont une dénomination féminisée contre 54% qui font référence à des hommes (les autres sont neutres comme la Place de la Liberté ou le Pont du Sanitas).

« La visibilité des femmes est un enjeu important pour changer les représentations mentales et offrir des modèles diversifiés à tous les habitants et toutes les habitantes » argumente l’élue chargée du dossier Elise Pereira-Nunes. Les noms en question ont été choisis après consultation publique. 133 personnalités féminines avaient été proposées, des plus connues aux plus anonymes.

Ont donc été retenues Louise Dupin, perpendiculaire à la rue Baptiste Marcet à Tours-Nord, près de Lasermaxx. Louise Dupin a vécu au XVIIIe siècle (1706-1799) : elle était propriétaire du château de Chenonceau, tenait des salons littéraires et militait pour l’accès des femmes à l’instruction ou à des carrières traditionnellement réservées aux hommes. Elle est en particulier connue pour un manuscrit (inachevé) baptisé « La défense des femmes et l’égalité entre les sexes ». Une pionnière du féminisme, donc.

Autre femme honorée : Jane Austen, dans le même quartier puisque sa rue croise la Rue de Suède. Née en 1775, l’autrice britannique est très connue pour ses romans dont « Raison et sentiment » publiée en 1811, 6 ans avant sa mort. Il y a eu aussi « Emma » en 1815 ou « Persuasion » paru juste après son décès. Beaucoup de ces ouvrages ont été adaptés au cinéma.

La salle du Conservatoire portera elle le nom de Joséphine Baker, récemment panthéonisée (première femme à la peau noire à bénéficier de cette distinction de la nation). Les deux autres voies à nommer le sont au nom des Lumières et des Anciens Abattoirs Municipaux.

Si la méthode fait globalement consensus, le conseiller municipal d’opposition Romain Brutinaud qui a pris part au processus de décision a indiqué qu’il souhaitait aussi ne pas oublier certains hommes dont le nom fait symbole comme Samuel Paty, enseignant victime d’un attentat le 16 octobre 2020 (il existe par exemple à Tours-Nord une place au nom du Colonel de gendarmerie Arnaud Beltrame, également victime du terrorisme). De son côté Céline Delagarde des Démocrates a réclamé plus de Tourangelles parmi les femmes retenues.

Olivier Collet

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !