dimanche 2 octobre, 2022

Ligne B du tram : Pour l’ADTT, le choix d’abandonner Béranger est une mauvaise nouvelle

Le renoncement du passage par le boulevard Béranger de la ligne B du tramway de Tours ne satisfait par l’ADTT, l’association de Développement pour le Transport en Commun en Touraine, qui voit dans cette décision un renoncement inquiétant…

« On regrette cette décision car le passage via le boulevard Béranger était le plus efficient en termes de nombre de voyageurs et efficace pour réduire la place de l’automobile dans le centre ». Vincent Degeorges de l’ADTT (), ne cache pas sa déception suite à l’annonce de la Métropole de renoncer au passage de la deuxième ligne de tramway via le boulevard Béranger au profit d’un passage par le boulevard Jean Royer.

Si on regarde les chiffres communiqués par le président du Syndicat des Mobilités de Tours, Wilfried Schwartz, avec un peu moins de 40 000 voyages/jour estimés par le boulevard Royer, contre près de 50 000 selon les dernières estimations par le boulevard Béranger, ce changement paraît effectivement moins pertinent selon ce critère. En revanche, il permet d’économiser de précieuses centaines de mètres de lignes et autant d’économies donc, ainsi que de privilégier un tracé plus direct. Pas de quoi convaincre l’ADTT : « Si on réfléchit en terme de réseau, aujourd’hui trois-quarts des voyages Fil Bleu se font au départ ou à l’arrivée du centre-ville de Tours, on perd donc une occasion de bien raccorder l’ensemble. Du terminus de La Riche à la place Jean Jaurès, on avait que 15 minutes de trajet via le boulevard Béranger, ce ne sera pas le cas demain avec Royer, surtout avec la rupture de charge place de la Liberté. » 

Pour Vincent Degeorges, ce renoncement ressemble à un acte manqué y compris en terme environnemental « Aujourd’hui le boulevard Béranger c’est 43 mètres en largeur uniquement en bitume, c’est 600 bus par jour et 12 000 voitures. On acte le fait que ça ne changera pas. Il y a un manque de vision globale sur le sujet environnemental du tramway parce qu’on s’est focalisé sur les platanes, en disant tout et n’importe quoi, avec beaucoup de bruit nuisible sur la question. Or c’est une espèce très allergène que beaucoup de villes enlèvent progressivement. Ce qu’a dit la Préfète d’Indre-et-Loire, c’est qu’il faut conserver le mail, pas forcément en l’état. De nos jours on sait qu’il vaudrait mieux aller vers de la biodiversité avec des plantations d’espèces variées. »

En parlant de vision globale, d’un point de vue plus politique (et le sujet l’est fortement), notre interlocuteur regrette par ailleurs que la règle du « chacun pour soi » l’emporte : « Si on en est là c’est parce que chaque maire pense à sa commune, sans penser au territoire dans son ensemble ».

Et Vincent Degeorges d’évoquer « une jurisprudence » qui risque de peser lourd sur la suite : « Nous redoutons fortement que ce renoncement fasse un précédent qui soit contraignant pour la ligne 3 et la desserte de Saint-Pierre-des-Corps, car la question se répétera pour le boulevard Heurteloup. »

Ce choix acté, le membre de l’ADTT espère désormais que « le débat devienne public, en intégrant citoyens et usagers » mais aussi que les choses vont dorénavant avancer. L’ADTT plaide notamment pour un lancement rapide des études de la ligne 3 Saint-Pierre-des-Corps/Saint-Cyr-sur-Loire, ce à quoi Frédéric Augis, le président de Tours Métropole s’est engagé lundi dernier.

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !