samedi 28 mai, 2022
  • Chambray en Mai

Comment développer le covoiturage dans l’agglo de Tours ?

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Marre des embouteillages chaque matin et chaque soir sur le Pont Mirabeau, le Boulevard Béranger ou le Carrefour de Verdun ? Et si la solution c’était plus de covoiturage entre personnes qui travaillent dans l’agglo de Tours ? Les études ont montré qu’une grande partie des véhicules en circulation aux heures de pointe ne transportaient qu’une seule personne. C’est même quasiment l’intégralité des voitures sur nos routes entre 7h et 9h ou de 16h30 à 19h. Partager les trajets pourrait peut-être réduire le trafic, apaiser la circulation, et au passage diminuer la pollution.

Bonne idée, mais jusqu’ici le covoiturage ça fonctionne surtout pour les longues distances. Le Conseil Départemental d’Indre-et-Loire avait bien essayé de lancer une plateforme locale pour des trajets inter-Touraine mais ça n’a jamais vraiment pris. Seul Blablacar fonctionne un peu, mais plutôt pour des déplacements genre Tours-Blois. Ou alors les parkings de covoiturage à l’entrée de l’autoroute, mais là encore pour des trajets souvent supérieurs à 10km.

Pour tenter de développer un peu la pratique sur des trajets Tours / Fondettes, Joué / La Ville-aux-Dames ou La Riche / Vouvray, le Syndicat des Mobilités de Touraine annonce le lancement d’un projet de covoiturage pour les entreprises du territoire.

« A l’horizon 2022,  ce projet prévoit d’accompagner plusieurs  employeurs  publics  et  privés  à  développer  un  service  de  covoiturage  au  sein  de  leurs  établissements  pour  les  trajets domicile-travail. Pour le covoitureur, le trajet sera gratuit et le conducteur recevra une participation financière du SMT par passager à chaque covoiturage pour un trajet, entre 2 et 40 kms situé sur le périmètre du SMT » explique l’institution qui regroupe les 22 communes de Tours Métropole + Vouvray, Vernou et La Ville-aux-Dames.

« Ce service apparait comme une solution pérenne pour les zones d’activités peu denses où la collectivité ne peut pas mettre en place une ligne de bus régulière » explique le SMT. Il s’agit maintenant de trouver des entreprises candidates et de voir si ses équipes font des trajets similaires ce qui pourrait assurer le succès du service.

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !