jeudi 1 décembre, 2022

A Tours, des parkings souterrains moins fréquentés depuis la crise Covid

Il ne faut pas tout miser dessus mais il peut s’agir d’un bon indicateur pour mesurer le dynamisme d’un centre-ville : la fréquentation des parkings souterrains. Tours en compte une demi-douzaine, dont 4 gérés par le même opérateur : Effiparc Centre, qui a passé contrat avec Tours Métropole pour assurer leur gestion.

Ce lundi 14 novembre, le bilan de la société était dévoilé en conseil métropolitain. Et quand on regarde les chiffres, on constate que la fréquentation est en baisse. Ainsi, hors abonnement, 179 600 entrées ont été enregistrées au parking des Halles en 2021, soit un peu moins de 500 par jour en moyenne. S’il est nettement supérieur au chiffre de 2020 impacté par les premiers confinements anti-Covid, cet inventaire laisse également apparaître une nette baisse par rapport à 2019 où l’on comptait 186 000 véhicules garés dans les sous-sols sur l’ensemble de l’année (le repli est de 3,5%).

Cela dit, la baisse de fréquentation sur 2 ans est encore plus notable au parking Vinci-Gare : -30% entre 2019 et 2021, passant de 234 000 véhicules accueillis à 165 000 (toujours hors abonnements). La pandémie peut expliquer ce bilan avec un nombre de congrès réduit, le couvre-feu de janvier à juin 2021 et des entreprises très consommatrices de télétravail tout au long de l’année mais ce n’est pas la seule explication : « L’activité a été impactée par les travaux de remise en peinture initiés mi-août et terminés fin novembre, période durant laquelle un des 4 niveaux se trouvait inopérant » lit-on ainsi dans le récapitulatif de Tours Métropole.

Concernant le parking Anatole France, il totalisait 121 000 clients occasionnels en 2019… moins de 100 000 en 2021 (-18%). L’agglo évoque néanmoins « une reprise intéressante de l’activité » depuis l’ouverture des deux hôtels Hilton du quartier Porte de Loire. Des propos qu’il faudra confirmer avec le bilan 2022.

D’un point de vue financier, les 4 principaux parkings souterrains de Tours (Anatole France, Halles, Vinci Gare et Champ Girault) ont rapporté un peu plus de 3 millions d’€ grâce aux paiements pour un stationnement ponctuel, soit environ 500 000€ de moins qu’en 2019. Quant aux abonnements, ils sont relativement stables si l’on compare la période pré-Covid de la période post-pandémie. A partir du 1er janvier 2023, et à l’exception du parking Anatole France, ils seront gérés par la société Indigo (tout comme les parkings Jacquemin et Mirabeau ainsi que Gamard à Joué). L’entreprise a été choisie ce lundi après appel d’offre.

Parmi les dossiers que la société aura à gérer : la mise en place de ce qu’on appelle le jalonnement dynamique, c’est-à-dire l’installation de panneaux indiquant la direction des parkings avec le nombre de places disponibles. Ce dispositif jugé très utile dans d’autres villes est actuellement inexistant à Tours.

Photo d’archives.

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !