mardi 4 octobre, 2022

Comment la ville de Tours organise l’accueil des réfugiés d’Ukraine

Cela fait 5 semaines que la Russie a déclaré la guerre à l’Ukraine, envahissant une partie de son territoire et bombardant une grande partie de ses villes. Un conflit qui a déjà poussé 4 millions de personnes à fuir à l’étranger (selon les derniers chiffres du Haut Commissariat aux Réfugiés géré par l’ONU). Pour la plupart il s’agit de femmes et d’enfants, les hommes en âge de combattre ayant interdiction de franchir les frontières du pays. Des populations qui ont parfois quitté leur domicile avec le strict minimum en termes de bagages et qui cherchent à retrouver un quotidien paisible en attendant de pouvoir rentrer à la maison.

La France s’attend à recevoir 100 000 exilés sur son sol, au 28 mars les autorités recensaient déjà 30 000 arrivées, majoritairement en région parisienne ou dans l’Est du territoire.

En Touraine, 300 personnes ont été accueillies en différents points du département comme à Château-Renault, Saint-Cyr-sur-Loire, Richelieu… et Tours, évidemment. Ce mercredi, la municipalité a fait un point sur le dispositif mis en place : 7 familles ukrainiennes hébergées chez des particuliers volontaires ont actuellement des enfants scolarisés dans 6 écoles de la ville (Arthur Rimbaud, Paul Racaud, Paul Fort, Camus-Mauroy, Mirabeau et George Sand). Cela fait un total de 13 élèves qui sont accompagnés par des enseignants spécialisés dans l’apprentissage du français aux étrangers.

Des appartements prêts à être réquisitionnés

Ce nombre étant amené à évoluer, la ville se prépare à réquisitionner des logements dont elle est propriétaire, « afin de ne pas mobiliser le parc HLM » précise l’adjointe en charge du logement, Marie Quinton. Une démarche déjà entreprise à l’été 2021 pour deux familles afghanes, toujours sur place 6 mois plus tard.

Ainsi, 3 appartements de 1 à 4 pièces sont mobilisables immédiatement et 7 autres le seront après des rénovations (dont 2 qui ont besoin de travaux importants). Pour réaliser ces chantiers, le maire de Tours Emmanuel Denis annonce le lancement d’une campagne dite de mécénat de compétences, c’est-à-dire qu’il appelle les entreprises spécialisées dans le bâtiment à proposer leurs services gratuitement. Les sommes à mobiliser pourraient être de l’ordre de quelques dizaines de milliers d’€. Les réfugiés pourront ensuite y loger le temps nécessaire à titre grâcieux, « on devrait juste leur demander une participation aux charges » précisent les élus.

Un accompagnement également social

En complément, la ville peut compter sur la solidarité citoyenne : 150 propositions d’hébergements ont été formulées sur le site de la ville (700 dans le département), et quelques dizaines se sont avérées suffisamment qualitatives pour être retenues par les services de l’Etat (qui centralisent désormais le recueil des formulaires via sa plateforme nationale).

Précisons également qu’après avoir recueilli 40m3 de dons envoyés en Europe de l’Est pour aider les victimes du conflit, le CCAS a fourni aux réfugiés arrivés en Touraine les quelques objets et denrées qui n’ont pas pu être acheminées. Par ailleurs, la salle du Champ Girault reste mise à disposition de l’association Touraine Ukraine deux demi-journées par semaine + toute la journée du samedi afin de permettre aux différentes familles de se retrouver ensemble. Un accompagnement social est enfin proposé, y compris pour la recherche d’emploi (les Ukrainiens ont un statut qui les autorise à travailler). La ville de Tours n’exclut pas d’en embaucher.

Olivier Collet

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !