mardi 4 octobre, 2022

[Elles l’ouvrent] 3 associations agacées par les règles de publicité dans Tours Métropole

L’agglo de Tours a engagé un travail pour réviser les règles liées à l’affichage publicitaire sur les 22 communes de son territoire. Et le moins qu’on puisse dire c’est que ça ne plait pas à trois associations attentives à ce genre de sujet : l’Aquavit (déjà opposée à de nombreux projets dont la création d’une deuxième ligne de tramway), Résistance à l’Agression Publicitaire (qui s’est déjà illustrée par des collages sur des affiches, par exemple) et Paysages de France.

Persuadées que la publicité « par sa vocation à nous faire consommer toujours plus » participe à l’accélération du changement climatique, elles publient un document de 20 pages très critique envers les propositions des élus de Tours Métropole…

Ainsi, dès l’ouverture, elles écrivent : « Les arguments visant à sauver un secteur d’activité ou à engranger quelques recettes pour le budget de la collectivité ne sont bien évidemment plus de mise face à l’urgence écologique. » Elles prennent notamment exemple sur l’agglomération de Grenoble qui impose désormais des affiches ne dépassant pas 4m², deux fois moins que le format standard des panneaux qui surplombent les rues.

Parmi les préconisations du rapport : l’interdiction totale des écrans pub numériques (comme ceux que l’on peut voir au-dessus du Vinci par exemple) et limiter « au maximum » les équipements lumineux. Il est aussi question de se passer des bâches publicitaires sauf si elles font moins de 12m² pour celles des chantiers et de la publicité scellée au sol, ou alors seulement dans des secteurs restreints et jamais à plus de 2m de hauteur, ni sur une surface supérieure à 2m².

Autre critique : ne pas imposer l’extinction des panneaux publicitaire des arrêts de bus : « Sur le territoire métropolitain, aucun tramway ne circule entre 1 h 30 et 4 h 30 ! Quel intérêt à laisser ces panneaux publicitaires allumés toute la nuit, si ce n’est le matraquage publicitaire et l’abrutissement de la population noctambule que l’on incite perpétuellement à consommer ? » insiste le document qui préconise, par ailleurs, une réduction de la taille des enseignes ou un doublement de l’affichage d’opinions dédié aux associations ou mouvements politiques.

Les associations s’intéressent enfin à des dispositions qu’elles présentent comme illégales, comme l’affichage publicitaire à Villandry : « Or cette commune appartient au parc naturel régional Loire Anjou Touraine dont la charte en vigueur ne fait aucune mention de mesures concernant la publicité, interdisant de fait toute publicité dans l’agglomération. » Elles reprochent également à la ville de Tours d’afficher des publicités face au trafic dans son centre-ville, alors que les panneaux en question devraient plutôt privilégier l’affichage municipal, reléguant la réclame de l’autre côté (visible dans le rétro ou par les piétons).

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !