samedi 23 octobre, 2021
  • Galeries Lafayette

Commissariat de Tours : 21 policiers supplémentaires sont déjà arrivés

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

C’était une demande de longue date des syndicats policiers à Tours : avoir des effectifs supplémentaires, et pas seulement pour remplacer les départs en retraite. En mars, le ministre de l’intérieur était venu les rassurer : oui, le gouvernement a entendu la requête. Le locataire de la Place Beauvau avait alors promis 28 postes supplémentaires pour le commissariat.

6 mois plus tard, la préfète d’Indre-et-Loire fait le bilan : 21 recrutements ont d’ores et déjà été effectués et 7 autres sont garantis avant la fin de l’année. « Cela se voit déjà sur le terrain, il y a plus de patrouilles » assure Marie Lajus qui se félicite par ailleurs de l’augmentation des démantèlements de trafics (notamment de drogue) : 157 en 8 mois pour cette année 2021 contre 72 sur les 8 premiers mois de l’année 2019 (2020 est hors classement pour cause de pandémie).

Des opérations qui ont notamment lieu dans les quartiers de la Rabaterie à Saint-Pierre-des-Corps ou du Sanitas à Tours. Pour ce dernier, la représentante de l’Etat dans le département assure vouloir accélérer la rénovation de la Rotonde, initialement programmée entre 2025 et 2026. Elle pourrait être avancée de 2 ans dans le cadre du vaste projet de transformation du quartier, en partie piloté par l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine.

Autre projet, cette fois en dehors de Tours : l’envie d’ouvrir un centre éducatif fermé pour adolescents dans le Nord-Touraine. Ce serait le premier en Indre-et-Loire et même le premier dans toute la région Centre-Val de Loire alors qu’on en compte déjà une cinquantaine dans toute la France, « des dispositifs qui ont fait leurs preuves dans la lutte contre la récidive » assure Marie Lajus. L’idée serait de l’installer à Beaumont-Louestault… Mais il faut déjà faire face à des résistances locales. Une opposition qui n’est pas sans rappeler l’épisode du centre dit de déradicalisation à Beaumont-en-Véron il y a quelques années, ouvert puis rapidement fermé, notamment à cause des craintes des riverains.

Cette fois, la préfecture espère bien convaincre du bien-fondé, notamment en expliquant que ce genre d’institution accueille seulement une douzaine de jeunes pour une trentaine d’encadrants. « On en a besoin » insiste-t-elle.

  • FILBLEU
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !