mardi 24 mai, 2022
  • Chambray en Mai

Des bonnes nouvelles économiques pour l’Indre-et-Loire

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Plus de créations d’entreprises et moins de liquidations judiciaires.

C’est toujours un moment riche en informations. Chaque année en janvier, le tribunal de commerce de Tours dresse le bilan des 12 mois qui viennent de s’écouler. C’est l’occasion de savoir combien de créations d’entreprises ont été enregistrées, mais aussi combien ont subi des difficultés économiques. Alors qu’on parle encore beaucoup de la crise, c’est donc intéressant…

Pour 2016, il y a de bonnes nouvelles dans notre département. La première, c’est que 2 314 créations d’entreprises ont été comptabilisées. En parallèle, il y a eu 1583 fermetures de sociétés. Donc le solde est positif. A noter que les autoentreprises sont toujours plus nombreuses avec presque 700 créations l’an dernier.

Autre chiffre intéressant et plutôt positif : en 2016, l’activité du tribunal de commerce tourangeau (géré par 24 juges bénévoles élus pour des mandats de 4 ans) a globalement baissé de 20%. Ce qui signifie moins de contentieux mais aussi moins d’entreprises en difficulté. Et cette baisse est bien plus importante que celle observée au niveau national, ce qui signifie que l’économie tourangelle serait plutôt en bonne santé.

Dans le détail, pour 2016, il y a eu 130 redressements judiciaires d’ordonnés et 257 liquidations judiciaires décidées (320 en 2015). Sans surprise, ce sont en grande partie les petites entreprises qui galèrent, 2 sur 3 avaient par ailleurs moins de 5 ans d’ancienneté. Les secteurs les plus touchés sont, encore et toujours, le BTP (28% des procédures, presque la même proportion que 2015), l’hôtellerie-restauration, le commerce et les services aux particuliers et entreprises. En moyenne les décisions ont été rendues en 53 jours, presque 10 jours de moins que le délai moyen de 2015, c’était même 70 jours en 2014. 13% des décisions ont été contestées, mais à peine 2% finalement corrigées, « ce qui souligne la qualité des jugements » selon le vice-président.

Au total, 1 269 salariés ont été concernés par ces procédures judiciaires (c’était plus de 1 700 en 2011), 8/10 ont pu conserver leur emploi. Autre dispositif qui marche bien selon les juges : les rendez-vous qui ont lieu avant l’ouverture des procéduresd. Ils sont encore trop méconnus mais 180 chefs d’entreprises ont tout de même été reçus en 2016. Dans 70% des cas, cela a permis de sauver l’entreprise.

O.C.

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !