lundi 6 février, 2023

Jean-Yves Couteau veut oser haut et fort pour la Touraine

Le nouveau président du Conseil Départemental d’Indre-et-Loire a défini le « nouveau cap » qu’il entend suivre pendant les 6 ans à venir. Reportage.

Jean-Yves Couteau lance une petite pique à la presse au fond de la salle : « on me définit souvent comme le bras droit voire le clone de Philippe Briand (député-maire de St-Cyr-sur-Loire), je laisse dire ». Car c’est sûr : cette fois c’est bien lui qui a les rennes. A 56 ans, le 1er adjoint au maire de St-Cyr-sur-Loire est devenu ce jeudi matin président du Conseil Départemental d’Indre-et-Loire. Au fil des interviews, il répète son émotion, rappelant à l’envie l’anecdote sympathique qui veut que sa fille soit née la même année que sa première accession dans cette assemblée. Les bons mots, Jean-Yves Couteau veut d’ailleurs en faire sa marque de fabrique : « on ne parle des choses sérieuses qu’avec humour » annonce-t-il en préambule de son discours inaugural.

Pas de candidat de l’opposition pour la présidence

Même si le moment était sérieux, l’ambiance était particulièrement décontractée au sein de la grande salle du nouveau Conseil Départemental. Un air de rentrée des classes vu qu’une majorité des personnalités élues dimanche y siège pour la première fois. Mais le protocole est strict : ouverture de séance par la doyenne de la salle assistée du plus jeune élu pour le poste de secrétaire, lecture de textes réglementaires, votes à bulletins secrets, pause d’une heure entre la désignation du président et celle des vice-présidents… Tout plein de codes à apprendre. Et même si Jean-Yves Couteau est un habitué des lieux, il n’a pas pu s’empêcher une entorse à la règle en prenant la direction de son nouveau fauteuil avant même qu’on ne l’y invite. Et il l’a fait sous une standing ovation. 30 élus sur 38 ont voté pour lui, les 8 composant le groupe de gauche ayant voté blanc puisqu’ils ont choisi de ne pas présenter de candidat. Même pour le principe. « Nous ne sommes pas dans un positionnement de principe mais dans une démarche constructive » s’est justifiée la représentante de l’opposition, la socialiste de Langeais Martine Chaigneau.

Découvrez la liste des vice-présidents et leurs dossiers de prédilection(+ les photos de la journée)

Voilà donc pour le coup d’envoi d’un mandat de 6 ans, sans élection intermédiaire pour renouveler la moitié de l’assemblée. Une première. Reste maintenant à fixer la feuille de route. Jean-Yves Couteau a précisé sa pensée  « l’économie sera le maître-mot. Pour la richesse et l’emploi – mais pas n’importe comment. Mais aussi les économies à faire. Nous examinerons ainsi le budget ligne par ligne afin de stopper les idées généreuses mais trop coûteuses. Ce sera la tâche de Jean-Gérard Paumier ». En aparté, le président explique que cet « audit » sera fait en interne, pas question de faire appel à un cabinet extérieur. « Jean-Gérard Paumier a été Directeur Général des Services de l’ancien Conseil Général, j’ai aussi exercé cette fonction. Il n’y a pas de raisons pour qu’on n’y arrive pas ». Et il espère les premiers résultats dès cet été.

Pour Jean-Yves Couteau, faire des économies ne signifie pas cependant être dénué d’initiatives. Pour preuve, il veut « oser haut et fort pour la Touraine ». Il a donné quelques axes expliquant vouloir par exemple encourager l’accueil d’étudiants étrangers, engager un plan de restructuration des collèges « dans la concertation », mettre en valeur le territoire pour accueillir de nouvelles entreprises (y compris venues de la région parisienne), redynamiser la Maison Départementale des Personnes Handicapées, mutualiser les compétences touristiques avec Tour(s)Plus et renforcer le partenariat avec le Loir-et-Cher « pour faire face à la concurrence dans ce secteur »…

« La Touraine doit deveir un phare de la France »

Le nouveau président du Conseil Départemental a aussi un grand objectif : faire un « choc de simplification » au sein de l’administration départementale. Selon lui, aujourd’hui, son fonctionnement est ultra complexe. Il y a trop d’intermédiaires entre les agents et les élus. Il veut donc raccourcir les circuits pour faciliter la prise de décisions. Il souhaite aussi regarder comment optimiser la masse salariale du département, mais sans « mettre les gens dehors ». Il pourrait néanmoins y avoir une réorganisation d’une partie du personnel.

Bref, Jean-Yves Couteau est très clair : il est là pour imposer sa marque. « Il s’agit de bâtir, la Touraine doit devenir un phare de la France » note-t-il dans la fin de son discours. En face, son opposante Martine Chaigneau lui promet une opposition constructive, qui ne sera pas dans l’affrontement. « Il est temps de se mettre au travail, nous sommes dans une démarche de progrès de la Touraine, à vos côtés ». Bref, la dureté de la campagne est oubliée au moins jusqu’à l’annonce des premières décisions. Prochain rendez-vous : le 29 avril, à 9h30.

Olivier COLLET

Le périphérique de Tours : un dossier urgent

Jean-Yves Couteau a été clair : avoir arrêté les travaux de bouclage du périphérique de Tours, c’était une erreur. Il ne veut plus que les Tourangeaux perdent autant de temps dans les bouchons à l’Ouest de l’agglomération, d’autant que ce secteur est sur le canton sur lequel il vient de se faire élire. Résultat : « dès ce vendredi, le dossier sera sur le bureau du vice-président aux transports Patrick Michaud » afin de relancer le projet de réaménagement routier dans la zone depuis La-Membrolle-sur-Choisille. Il faudra que ça aille vite fait-il bien comprendre même si dans ses priorités il y aussi un autre casse-tête : améliorer les correspondances entre les réseaux de transports Fil Bleu et Fil Vert.

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !