lundi 27 septembre, 2021
Ville de Tours - Mission Locale
Objectif entreprendre

Voici pourquoi des agriculteurs bio de Touraine posent nus sur Internet

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Ils protestent contre le projet du gouvernement.

Un couple d’éleveurs de bœufs et de porcs de Courcoué… Des maraîchers de Saint-Pierre-des-Corps… Mais aussi une cheffe spécialiste des produits sains et sauvages… Depuis quelques jours sur Facebook, on voit des agriculteurs bio du département ou les utilisateurs de leurs produits poser nus, avec des pancartes pour cacher leur intimité. Mais pourquoi ?

En fait, toutes et tous se battent contre le projet de réforme de la Politique Agricole Commune, ce plan d’aide européen pour l’agriculture dont les conditions sont en train d’être renégociées. En clair, l’Etat est en train de définir les nouvelles règles pour bénéficier de l’argent européen quand on travaille la terre ou que l’on élève des animaux. Depuis plusieurs semaines maintenant, un combat s’est engagé entre les syndicats de l’agriculture dite « conventionnelle » (FNSEA, Jeunes Agricultures) et les représentants de l’agriculture dite « paysanne » afin que leurs priorités soient prises en compte.

Manifestation ce mercredi à Paris

Clairement, la Confédération Paysanne ou la Fédération Nationale des Agricultures Biologiques ne se sentent pas du tout entendus dans leurs démarches. Une manifestation est prévue ce mercredi à Paris, avec des représentants de l’Indre-et-Loire. Une mobilisation nationale après une première action locale il y a quelques semaines.

« Nous souhaitons une politique d’aides plus équitable qui favorise l’implantation des paysans » nous expliquait Frédéric Gervais mi-avril. Cet éleveur de 50 vaches laitières à Vou est porte-parole de la Confédération Paysanne 37. Installé depuis 31 ans, il va bientôt stopper son activité et craint de ne pas trouver de repreneur : « Plus de 50% des agriculteurs vont partir à la retraite dans les dix prochaines années. Or, le système actuel favorise les agrandissements au lieu des nouvelles installations. »

Fondatrice de Kalika Loire, Elsa Defrenet ne dit pas autre chose : « Les arbitrages de la PAC viennent réduire drastiquement les aides de l’agriculture biologique pour une majeure partie des producteurs. » Une baisse estimée à 66% par la FNAB. Sur la page de son entreprise, elle pose donc nue dans sa cuisine pour marquer le soutien à ses producteurs.

« Choqués ? Nous le sommes encore plus que vous. Cette nouvelle PAC ne favorisera pas les nouvelles conversions vers le bio pourtant il y a bien une urgence écologique : les eaux sont de plus en plus contaminées, la biodiversité s’amenuise, etc. L’agriculture bio est également une source d’emploi et de vitalité pour les territoires ruraux qui se vident de toute vie » écrivent pour leur part Magali et Samuel de La Ti’Bio d’Aire, photographiés au milieu de leurs vaches. « Quelle agriculture voulons-nous pour demain : culture hors-sol, utilisation d’engrais et de pesticides de synthèse ? Ou bien la bio pour tous ? » interrogent enfin les responsables des 4 Saisons de la Morinerie.

Concerts d'automne
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !