Tours

Tours : Un congrès des maires entre craintes et ambitions

Il a réuni 1000 élus au Vinci

Ce jeudi, le 72e congrès des maires d'Indre-et-Loire n'était pas le plus joyeux. La raison : le climat ambiant morose avec les difficultés financières liées aux baisses de dotations de l'Etat de ces dernières années, mais aussi des inquiétudes sur l'avenir entre suppression de la taxe d'habitation, désaccords avec l'Etat, crainte d'une recentralisation des décisions venant de Paris et perte d'autonomie pour les collectivités... Les sujets qui fâchent ne manquent pas en effet.

Pourtant ce 72e congrès qui a réuni 1500 personnes dont 1000 élus au Centre des Congrès Vinci, était aussi celui d'inauguration du nouveau président de l'association Cédric de Oliveira (maire LR de Fondettes).

Lors de son discours inaugural, ce dernier a rappelé l'importance de ne pas opposer territoires ruraux et urbains. « Je serai le président de toutes les communes, et j'aurai une attention particulière pour les plus petites » a-t-il notamment déclaré en introduction. Pour le nouveau président des maires, la Touraine est un territoire riche, avec une métropole qui peut être « un puissant moteur d'attraction si elle n'oublie pas les territoires connexes du département. »

Et sur son mandat, celui qui est également le plus jeune maire d'Indre-et-Loire de rappeler ses projets : instauration d'un comité de travail sur la question des gens du voyage, grand plan de formation volontaire des élus... Parmi les mesures phares : la création d'un club des femmes élues qui se réunira régulièrement pour aborder la question de la place des femmes élues. Une proposition largement plébiscitée dans l'assemblée. Pour Cédric de Oliveira, le constat est clair : « Le rôle des élues doit être valorisé, il ne l'est pas assez aujourd'hui ». Et le nouveau président des maires de fixer cela comme un objectif prioritaire de son mandat.

Un mandat qui ne sera pas un long fleuve tranquille pour Cédric de Oliveira, désormais en première ligne de la grogne des élus locaux dont on devinait un malaise latent mais bien présent ce jeudi matin dans les couloirs du Vinci.