Tours

Ce que vous devez savoir avant la 23ème Braderie de Tours dimanche

800 exposants sont attendus toute la journée en centre-ville.

Après Lille, Tours se définit comme étant la ville de « l’autre grande braderie ». Ce dimanche 3 septembre, on attend 200 000 personnes dans les rues tourangelles, sans doute 5 fois plus dans la capitale du Nord. Qu’importe, « la 2ème braderie de France » cultive son potentiel et veut fédérer bien au-delà des frontières de l’Indre-et-Loire (des billets SNCF sont proposés à tarif réduit pour l’occasion).

Pour organiser cette 23ème édition, la mairie investit 152 000€, dont 100 000€ rien que pour la sécurité avec 130 vigiles privés, 60 policiers municipaux, sans doute autant de fonctionnaires de la police nationale et des militaires de l’opération Sentinelle. 200 agents de la ville seront également mobilisés dès le samedi soir. Avant les attentats de fin 2015 et 2016, le budget de l’événement était deux fois moins élevé.

Comme pour son édition 2016, la Braderie de Tours se déroulera dans un périmètre resserré, afin de garantir une meilleure protection de la zone. Les 800 exposants attendus seront donc essentiellement répartis dans le « Z » commerçant du centre-ville : Rue de Bordeaux, Rue Nationale, Rue des Halles. On pourra aussi flâner Rue du Commerce, Rue Marceau, Rue Néricault Destouches, Place Jean Jaurès et Avenue de Grammont. Sans oublier la Rue Charles Gille et les terre-pleins des boulevards Heurteuloup et Béranger. 40 restaurants seront ouverts dans ce périmètre (plus les autres autour).

Dans le détail, 235 commerçants qui ont déjà une boutique à Tours se sont inscrits pour participer et donc proposer des promotions devant leur vitrine. A cela s’ajoutent 223 commerçants non sédentaires, qui viennent pour moitié d’Indre-et-Loire ou de la région Centre-Val de Loire. 230 particuliers seront également de la partie dès 6h30 du matin pour la Foire au Troc (au cas où, on peut encore demander un emplacement jusqu’à ce jeudi 31 août au matin).

Des brocanteurs professionnels, des artisans d’art, un village gourmand avec 20 restaurateurs et des manèges complètent le tableau des curiosités de la journée. Place de la Résistance, le 4S proposera par ailleurs des animations autour du tennis. C’est aussi Place de la Résistance que la garderie sera installée. Elle pourra prendre en charge les enfants pour 2h maximum contre 3€ afin de permettre aux parents de faire leur shopping sereinement.

Pour venir, vous pouvez prendre le bus (tarif à la journée : 1€90). Attention : le tram ne circulera pas entre les stations Porte de Loire (Anatole France) et Gare de Tours. Plusieurs lignes de bus seront aussi déviées. Bon à savoir : cette année, il y aura une quinzaine de WC publics en plus si vous avez une envie pressente entre deux achats.

Si vous avez l’habitude de vous garer en centre-ville, pensez à enlever votre véhicule avant samedi 18h sous peine de devoir aller le chercher à la fourrière (c’est arrivé à une cinquantaine de personnes l’an dernier). Dans la nuit de samedi à dimanche, la plupart des rues du centre-ville seront coupées à la circulation, les contrôles de sécurité seront mis en place dès 4h30. 172 blocs de béton d’une tonne chacun bloqueront les accès ainsi que des camions ou des voitures. Des véhicules de pompiers seront positionnés au plus près de la braderie pour des interventions rapides. Des zones permettant l’atterrissage d’un hélicoptère ont été prévues ainsi que des lieux de rassemblement en cas d’incident majeur. Tous les passants devront ouvrir leur sac en entrant dans le périmètre de la braderie.

Enfin un (petit...) bonus développement durable : la Braderie de Tours c’est environ dix tonnes de déchets. Alors pour la deuxième année consécutive, les commerçants seront invités à faire le tri sélectif. Incités, pas obligés. Mais à en croire la mairie, ça marche plutôt bien…