lundi 6 février, 2023

DEPARTEMENTALES : En Touraine, la balle est dans le camp de la droite

Elle a les clefs du Conseil Départemental… que va-t-elle en faire ?

L’histoire retiendra que le tout premier Conseil Départemental d’Indre-et-Loire remplaçant le Conseil Général aura été dirigé par la droite qui a profité ce 29 mars 2015 d’un contexte national défavorable à la gauche et d’une dynamique qu’elle avait déjà engagée un an auparavant en s’adjugeant les principales villes du département : Tours et Joué en particulier.

30 élus sur 38 c’est beaucoup. Pas de problèmes, les UMP et UDI écrasent tout face aux 8 candidats de gauche qui l’ont emporté à Tours Est, Amboise, Montlouis et Langeais. La nouvelle assemblée se réunira ce jeudi 2 avril au matin. Sa première mission sera de désigner son président (ou sa présidente). Première épreuve donc pour l’alliance de la droite et du centre : trouver un seul et unique candidat. Il se pourrait bien que ce soit un UDI, mais Jean-Yves Couteau ou Pierre Louault ?

L’avantage du premier, c’est que c’est le bras droit de Philippe Briand à St-Cyr-sur-Loire et donc que malgré son étiquette UDI il plait à l’UMP, ce qui est toujours bon à prendre quand on doit gérer un département de concert pendant 6 ans (ce serait bête que la majorité se fissure en cours de route non ?). L’atout du second c’est qu’il est du Lochois. Dans la campagne. Et que face à l’hégémonie de Tours qui envoie 4 de ses adjoints dans l’assemblée départementale même si son maire la quitte, ce serait plutôt bien vu par les ruraux afin que l’on n’accuse pas le Conseil Départemental de ne rouler que pour l’agglo (surtout si l’on ajoute que le maire de St Avertin, deux adjoints de Joué et un de St Cyr y sont également)…

Car c’est cela encore la question : tous ces nouveaux élus qui cumulent désormais deux mandats alors qu’ils n’en avaient aucun il y a un an (Olivier Lebreton, Céline Ballesteros…), vont-ils faire leurs preuves ? Réussiront-ils à éviter les accusations de conflits d’intérêts entre leurs postes de représentants d’une ville ou d’un département ? Ca passera peut-être par le renoncement à des postes de vice-présidents.

Enfin bien sûr, la droite a la pression sur la réalisation de son programme. Elle s’est engagée à faire remonter l’investissement sans augmenter les impôts en 2016 et affirme ne pas voulor faire grimper la dette ou fermer un collège de manière autoritaire. Voilà ce qu’il faudra surveiller. Fêter une large victoire c’est bien, en rester digner pendant six ans est un sacré travail. Surtout que c’est la première fois qu’il n’y aura pas de scrutin intermédiaire pour renouveler la moitié de l’assemblée. A gauche, certains ont souhaité bon courage à la nouvelle majorité. Y avait-il de l’ironie dans ces propos ? Réponse bientôt…

Olivier COLLET

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !