Vie locale

Les artistes portugais paradent en bord de Loire

Entre le pavoisement du Pont Wilson et une résidence à l'octroi, Tours leur offre une belle exposition.

Le ciel est gris, des gouttes en tombent façon brumisateur mais l'un est en t-shirt et l'autre en pantalon rose estival. Bref, les deux artistes portugais qui ont travaillé pour Tours sont tout à fait à l'aise même s'ils ne maîtrisent que quelques mots de français. Que font-ils là ? Ils ont été invités par la ville à travailler sur le pavoisement du Pont Wilson et sur la création d'une oeuvre pour l'octroi de la Place Choiseul, et ce dans le cadre du développement du "jumelage d'amitié" entre Tours et Porto, une initiative née il y a un an grâce à la ligne aérienne directe qui relie les deux villes. D'ailleurs, à droite de la photo, c'est l'adjoint à la culture de Porto que vous voyez. Et c'est la troisième fois que Paulo Cunha e Silva vient en Touraine.

Pour le pavoisement du Pont Wilson, c'est à Hugo de Almeida Pinho qu'il faut s'adresser (le pantalon rose). Le jeune homme a travaillé pendant plus d'un mois sur la confection des drapeaux qui orneront le pont jusqu'à la mi-septembre. Il nous explique s'être inspiré de la signalisation marine internationale pour les fleuves mais aussi de l'histoire du pont et par exemple d'une anecdote survenue au moment de son effondrement partiel en 1978 : une Peugeot 404 s'était retrouvée à moitié dans le vide. Il lui a fait un clin d'oeil sur l'une de ses oeuvres. Des tableaux qu'ils a peints avant qu'ils ne soient reproduits sur les drapeaux colorés pour flotter au vent. Ce qui ne l'a pas empêché de réfléchir de manière poussée à la création de ces dessins flottant au vent, une première pour lui. Du coup, son patchwork peut aussi bien s'apprécier de loin que de près. Une explication a été prévue (en 3 langues) à l'entrée de la promenade du Pont, "une galerie à ciel ouvert" comme se plait à dire Christine Beuzelin, adjointe à la culture de Tours.

L'autre artiste invité, c'est Joao Marçal. Avant de créer, il a voulu découvrir Tours. Une ville qu'il décrit comme dynamique et joyeuse. Déjà connaisseur du travail de Buren, il s'est pas mal inspiré de ses lignes mais aussi... des poutres de l'Octroi Est de la Place Choiseul dans lequel il expose. Le résultat donne un mélange de bâches de couleurs posées au sol et simulant une tente, dans la lignée de ses travaux précédents. "J'aime travaille le mouvement" nous dit-il pour décrire cette création aux multiples facettes qu'il présente après 7 semaines de travail.

Cette invitation d'un duo d'artistes portugais était une première étape. Désormais, place à la réciprocité. C'est-à-dire que Tours va envoyer dans le courant de l'année 2016 deux jeunes artistes à Porto pour une exposition et une résidence. 6 dossiers de candidatures ont d'ailleurs été remis à l'adjoint de la ville cette semaine. Jérôme Tebaldi, adjoint tourangeau chargé des relations internationales, espère maintenant que les rapports d'amitié dépasseront l'art visuel. Avec sa collègue de la culture, ils réflechissent à des échanges autour de la musique ou de la danse. Mais aussi du patrimoine ou de la gastronomie.

Olivier COLLET