Tours

[#MIAM] Le Thélème, son saumon, ses épices et son sorbet-basilic

Peut-on bien manger près de la gare de Tours ? Spoiler : oui.

[#MIAM] c’est votre chronique gourmande sur Info-Tours.fr… Nouveaux restaurants (ou pas), initiatives culinaires, folies passagères… Par ici, on vous tient régulièrement au courant de nos expériences locales. Parce que manger, c’est surtout bon quand c’est partagé.

En descendant du tram, il suffit (approximativement) de 143 pas et 48 secondes pour atteindre l’entrée du Thélème. Accessible et au calme, voilà déjà deux bonnes raisons de s’arrêter devant cette adresse de la discrète Rue Charles Gille. Notre déjeuner du jour n’a rien de confidentiel, pourtant nous voilà assis tout au fond, sur la deuxième mezzanine. Vue imprenable sur la salle, ambiance tamisée : on en oublierait presque qu’il est 12h32 , mais on se sent bien et on commande un (bon et doux) verre de chardonnay (un seul, on déjeuner avec Modération).

Au Thélème, table gastronomique accessible au déjeuner (plat du jour + café gourmand à 16€80, honnête, 26 à 43€ le soir), les amuses-bouche arrivent presque avant la carte. Olives et petits sablés, classique, efficace. Et après ça, elle propose quoi l’équipe du chef Thierry Duhamel ? On se dirige vers le menu à 26€ (entrée-plat-dessert), comme on y voit du saumon, on craque. Ce dernier est mariné aux épices et se voit accompagner d’un sorbet basilic. Les glaces accompagnant des plats salés, ce n’est plus une nouveauté mais cela reste suffisamment original pour être séduisant. En plus là, c’est réussi, le saumon est pour sa part TER-RI-BLE, 10/10.

Deuxième étape : du poulet. La veille, on se disait que l’on n’avait pas mangé de riz depuis longtemps, en voici qui accompagne la viande. + des fruits secs, de la menthe, du gingembre, une sauce citron-confit… Franchement c’est bon. Pas au point de se damner mais avec une viande fondante, une sauce bien dosée et un riz parfaitement assaisonné ce serait difficile de dire que l’on n’a pas été séduit.

Pour conclure, aucune hésitation : vacherin poire. Avec donc meringue (plutôt moelleuse) et chantilly (sûrement trop sucrée). De la fraîcheur pour bien finir un repas équilibré (même si on n'aurait pas été contre plus de fruit, et plus de garniture pour le plat). Le service est agréable, l’ambiance sobre sans être guindée. Les plats e sont pas hyper photogéniques, mais à la base on ne vient pas pour ça. Bref, voilà le genre d’endroit que l’on garde dans un coin de son esprit en se disant qu’il y a ce qu’il faut pour satisfaire son estomac et celui des personnes qui nous accompagnent.

Olivier Collet

Envie d’autres gourmandises à lire ? C’est par ici !