Tours

Christophe Bouchet : nouveau maire, nouveau style ?

L’élu centriste a 3 ans pour faire ses preuves.

Voilà Christophe Bouchet capitaine. Lui, le footeux ex président de l’OM, a été élu maire de Tours lors d’un conseil municipal exceptionnel ce lundi soir. Les 55 élus ont voté, 30 l’ont choisi dès le premier tour. Au regard de l’ensemble de l’assemblée c’est une petite majorité, mais cela suffit à le rendre légitime à ce poste, et tant pis si l’opposition ou de nombreux Tourangeaux auraient préféré des élections municipales anticipées : « cela n’aurait pas été souhaitable » estime le nouveau N°1 de la ville en répliquant que « l’équipe est la même » que celle élue en mars 2014. Même si Serge Babary n’est plus maire depuis son entrée au Sénat, il reste en effet conseiller municipal.

Le centriste de 55 ans, ex pro du foot, journaliste dans une première vie, et adjoint au tourisme depuis 3 ans et demi le reconnait tout de même : « les Tourangeaux montrent une certaine frustration. » Pour en rassurer certains, il indique qu’il va poursuivre l’œuvre entamée par Serge Babary : « on va continuer le programme. » Mais moins d’une minute plus tard, il imprime sa marque avec une nuance de taille par rapport à son prédécesseur : « les priorités seront la voirie et la sécurité. On va augmenter de manière sensible le budget de la voirie qui est d’1,4 million d’euros aujourd’hui. On va faire en sorte de le passer à… On verra… 3-4 millions jusqu’en 2020. On va aussi poursuivre l’augmentation du nombre de caméras de surveillance et créer de nouveaux postes de policiers municipaux » (aujourd’hui, ils sont 95).

De nouvelles pistes pour financer les projets de la ville

Cette hausse sensible du budget travaux amène une question : quel financement, alors que les finances de la ville ne sont pas exponentielles, et même carrément contraintes ? « Nous n’allons pas réduire d’autres budgets. Nous allons trouver des ressources supplémentaires. Un travail a été fait sur la gestion des biens immobiliers. Nous avons un inventaire, ce que Jean Germain n’avait pas su faire en trois mandats (des fois quand même, on se pince). Ce patrimoine est très important, coûteux. » Il faut donc s’attendre à des ventes ou à la réduction voire la fin des occupations à titre gratuit. Mais ce qui peut arriver dans les caisses de la mairie n’est pas encore chiffré.

Pour en savoir plus sur le nouveau maire de Tours, lire ce portrait de 37 degrés

Autres pistes : « on va s’améliorer dans la recherche de subventions. Nous allons embaucher des gens spécialisés dans ce domaine pour en trouver auprès des collectivités (département, région et Europe). Ce devrait être relativement aisé d’aller les chercher car elles existent. Nous embauchons aussi une personne spécialisée dans le mécénat d’entreprise car, comme l’a montré l’expérience de la rénovation de la Basilique St Martin, ça fonctionne. » Ajoutez à cela la poursuite du travail de rationalisation des dépenses, « sans l’accentuer » garantit Christophe Bouchet, et vous arrivez à cette conclusion du nouveau maire : « on est en capacité d’aller chercher cette nouvelle ligne budgétaire. »

Autour de lui, Christophe Bouchet aura 16 adjoints plus 5 adjoints de quartiers. L’équipe reste en bonne partie identique, « reflète les différentes tendances de la majorité » LR-UDI, et l’élu assure que la plupart de ses collègues conserveront leurs attributions (Brice Droineau à la voirie, Yves Massot à la circulation et à l’environnement, Christine Beuzelin à la culture, Thibault Coulon à l’économie…).

« Chacun trouvera à travailler, n’enterrez personne »

Parmi les changements notables : Marion Nicolay-Cabanne, qui préside le Centre Communal d’Action Sociale depuis 3 ans et demi, devient une « jeune » première adjointe. Par ailleurs, Xavier Dateu (qui s’est présenté face à Christophe Bouchet) quitte l’équipe et perd son portefeuille des sports. Il entraîne sa fidèle Céline Ballesteros dans sa chute même si la désormais ex adjointe au commerce pourrait conserver une délégation : « on va avoir besoin d’une réserve de compétences et de disponibilités fortes dans les mois à venir. Il y aura beaucoup de montées de conseillers municipaux dans d’autres structures » note également Christophe Bouchet, en pensant ouvertement à une possible réorganisation de la métropole qui pourrait voir arriver plus d’élus de la ville de Tours.

« Chacun trouvera à travailler, n’enterrez personne » poursuit encore Christophe Bouchet. En attendant, c’est Mauro Cuzzoni qui récupère le commerce, sans poste d’adjoint officiel « mais avec le même budget » dixit le nouveau patron municipal. Thibault Coulon s’apprête lui à prendre du galon à la métropole dont il devrait devenir le 1er vice-président.

A LIRE AUSSI : L'analyse de la soirée sur 37 degrés

Cette redistribution des postes est une première étape du style Bouchet qui défend l’idée « d’une ville forte au sein d’une métropole moderne. » Choisi pour faire un demi-mandat, le maire va maintenant devoir agir, et vite, pour retrouver la confiance des Tourangeaux. Mais aussi celle de ses collègues. Une douzaine d’entre eux auraient tout de même préféré un autre capitaine. Et ils sauront sans doute le lui rappeler… « Je souhaite qu’il réussisse » glissait de son côté un conseiller de l’opposition, entre optimisme et méfiance.

Olivier Collet

Pour revivre l’élection de Christophe Bouchet vous pouvez lire notre résumé du conseil municipal de mardi soir.