Tours

La ligne TGV Paris-Tours-Bordeaux équipée en 4G

Fini les coupures de réseau dans le train, même à plus de 300km/h.

Alors que la SNCF annonce la mise en place progressive d’un réseau Wifi à bord de ses TGV circulant sur la ligne Paris-Tours-Bordeaux à l’occasion de l’ouverture de la LGV entre la Touraine et la Gironde ce dimanche 2 juillet, une autre nouveauté technologique s’apprête à voir le jour sur le tracé afin de faciliter la vie des voyageurs hyper connectés : la garantie d’une connexion 4G d’un bout à l’autre de la ligne, donc sans coupure pour les passagers qui souhaitent paser un coup de fil (pour peu qu’ils ne passent pas dans un tunnel, évidemment).

Pour l’instant, seul l’opérateur Orange revendique la mise en place d’un tel dispositif, effectif dès le 13 juillet après « 20 à 30 000h de tests » et une première expérience sur l’axe Paris-Lyon et la ligne Lyon-Marseille (Paris-Lille et le tunnel sous la Manche sont aussi équipés d’antennes spécifiques).

« Pour la ligne Paris-Tours-Bordeaux nous avons dû réaménager une centaine de sites et installer 90 nouvelles antennes sur 530km. A 320km/h, quand on appelle, on change d’antenne toutes les 18 secondes il faut donc que le réseau soit capable de gérer tout cela » explique le directeur d’Orange dans la région qui précise que tout cela a nécessité deux ans de travail et la mobilisation d’une centaine de personnes.

Pour ceux qui ne prennent pas le train, l’A10 fait aussi partie de la vingtaine d’autoroutes de France couvertes par la 4G (mais on ne téléphone pas ou on ne surfe pas si l’on est au volant, bien sûr), en revanche aucune date n’est annoncée par l’opérateur pour l’installation d’équipements sur l’A85 ou l’A28. Globalement, la Touraine est cependant dans la moyenne nationale pour la présence d’antennes 4G avec 90% de la population qui y a accès (mais naturellement toujours des zones blanches là où il n’y a pas d’habitations).

En fait, Orange et les autres opérateurs s’intéressent à certains sites en priorité (sans donner de chiffres pour les investissements régionaux). Ca concerne ainsi par exemple les lieux touristiques comme le Zoo de Beauval et Center Parcs, les châteaux de Chenonceau, Azay-le-Rideau, Chinon ou Loches (là, c’est facile, c’est en ville). Des antennes temporaires peuvent aussi être prévues pour des événements ponctuels comme le festival Terres du Son à Monts du 7 au 9 juillet.

Cette politique est confortée par une enquête TNS-Qantas qui note que 9 français sur 10 partent en vacances avec au moins un appareil permettant de se connecter, un sur deux a parmi ses critères principaux de choix de lieu de villégiature la présence d’une bonne connexion Internet (c’est plus de 60% chez les moins de 25 ans).

Et pourtant, selon ce même sondage, 83% des Français voudraient ralentir leur consommation de données web en congés. Sauf qu’entre les photos envoyées aux amis et à la famille (encore majoritairement par MMS, sauf pour les jeunes), les appels quotidiens aux enfants, la volonté de rester informés, la géolocalisation ou l’utilisation d’applis pour trouver un restau ou une activité... ils n’y arrivent pas vraiment.

Ainsi, sur les plages l’été, lutilisation d’Internet double. De quoi rendre indispensables des objets comme des chargeurs solaires ou des poches pour protéger son téléphone du sable et de l’eau salée. Mais quand même, n’oubliez pas la crème solaire... Et un bon livre. C’est bien aussi la lecture à la plage...