Tours

TOURNAGE : Des poubelles qui parlent Rue Bernard Palissy

Les Tontons Filmeurs y ont tourné leur nouvelle web-série tout le week-end.

On est dimanche et ce sont les deux seules poubelles présentes sur le trottoir de la Rue Bernard Palissy, devant le foyer des Jeunes Travailleurs. Il faut s’y reprendre à deux fois pour vérifier que l’on ne rêve pas mais… Mais elles bougent ! Il se murmure même qu’elles ont un petit nom : Adrienne pour la bleue, Bénédicte pour la jaune. Dans la vraie vie, on ne connait personne qui ait donné un prénom à sa poubelle. Mais ces deux bacs à ordures ne sont pas comme les autres : ils parlent, ils discutent même. Adrienne et Bénédicte sont vivantes et commentent ce qu’il se passe dans leur quartier. Pas des commères, juste deux copines qui prennent le pouls de la société avec un humour caustique et bien senti (sans mauvais jeu de mots).

Nous voici donc sur le tournage de la nouvelle série des Tontons Filmeurs. L’association qui s’apprête à fêter ses 15 ans à la fin du mois est en train de préparer une quinzaine d’épisodes de 3-4 minutes taillés pour le web, et ça s’appelle « Poubelles la Vie ». En montage depuis un peu plus de 6 mois, le projet doit aboutir d’ici l’automne. Après avoir trouvé ses partenaires (comme Tours Métropole qui a prêté les poubelles neuves pour incarner les personnages principaux) et monté son équipe (une vingtaine de techniciens et une trentaine de figurants, dont certains personnages récurrents déjà prévus pour apparaître dans les différentes saisons de la wab-série), l’association – soutenue par le label Rayons Frais – passe donc aux choses sérieuses avec le tournage in-situ, en plein centre de Tours.

Voilà donc pourquoi la Rue Bernard Palissy a été bloquée ces deux derniers week-ends. Quand la caméra tourne, pas question de faire du bruit : le moindre talon, le moindre frein de vélo, le moindre bébé ou le moindre son de cloche peut perturber la scène en cours. Ainsi, ce dimanche soir, on assiste à l’épisode 7 : Adrienne et Bénédicte discutent tranquillement quand un jeune homme vient se soulager. A l’étage du dessus, un jeune homme séducteur se prépare à passer un bon moment avec sa conquête d’un soir… Il y a aussi d’autres voisins, pour d’autres intrigues : la famille, le vieux couple…

Le scénario a germé dans la tête d’Hubert Jégat et Yohan Vioux qui s’occupent aussi de la réalisation. Ce n’est pas une série pour inciter à réduire ses déchets même si le sujet est abordé en filigrane. L’idée c’est avant tout de faire rire avec les aventures de ces poubelles vides ou pleines (leurs voix ont été préenregistrées en amont et elles s’animent devant la caméra grâce à un ingénieux système relié à leur couvercle et actionné par un acteur caché à l’intérieur). Une avant-première est prévue en juin au festival Kikloche dans la Sarthe avant que les épisodes ne soient « jetés » sur YouTube à l’automne. On a déjà hâte de voir à quoi ça ressemble sachant qu’une deuxième saison est déjà en réflexion, avec d’autres personnages. Autrement dit, d’autres poubelles. Deux salves d’épisodes pourraient ainsi être produits chaque année par les Tontons Filmeurs.

Olivier COLLET