Tours

Foyer Albert Thomas de Tours : nouvelles mobilisations et courrier à la ministre

De nouvelles manifestations sont prévues d'ici le 12 janvier.

Ce mercredi, nos confrères de la NR et 37° rapportent que les six salariés du foyer Albert Thomas de Tours avaient rendez-vous avec l'administrateur judiciaire désigné suite à la liquidation de l'association qui gérait le site où 36 hommes sans abri étaient hébergés. Il s'agit ni plus ni moins que d'un entretien préalable à leur licenciement suite à la décision de la fermeture du foyer. Dans le même temps, un rassemblement était prévu pour les soutenir, avant le départ d'une autre manifestation ce jeudi matin à 10h30 Rue Albert Thomas. Un rassemblement est aussi annoncé le jeudi 12 janvier à 18h.

Par ailleurs, sur le plan politique, le conseiller municipal EELV de Tours Emmanuel Denis nous a communiqué un échange avec un conseiller de la ministre du logement Emmanuelle Cosse dans lequel ce dernier explique :

"Après l'avoir accompagné, les services de l'Etat ont effectivement pris connaissance de la situation financière et judiciaire du foyer Albert-Thomas (plusieurs dizaines de milliers d'euros de pertes entraînant sa fermeture officielle le 26 décembr,e ndlr). Suite à cela la position de l'Etat porte sur deux points :
- La nécessité d'une continuité de la prise en charge des personnes hébergées. De fait les services de l'Etat dans le territoire ont mis en place des solutions temporaires de prise en charge permettant d'éviter un retour à la rue pour les personnes concernées (au gymnase Racault, bien que la plupart des résidents restent à occuper le foyer, d'autres ont pu être hébergés par des proches ou des connaissances, ndlr).
- La nécessité d'installer un nouvel opérateur solide et compétent afin de garantir la vocation du lieu et le maintien d'un centre d'hébergement d'urgence sur site. La ministre du logement y est attachée et nous avons bon espoir que cela soit le cas dans les délais les plus rapides."

La balle est désormais dans le camp de la préfecture, en partenariat notamment avec la ville de Tours, propriétaire des locaux du foyer Albert Thomas.