Tours

En 2017, les magasins tourangeaux pourront ouvrir 7 fois le dimanche

Un de plus qu'en 2016.

Depuis la loi Macron, les magasins sont autorisés à ouvrir jusqu'à 12 dimanches par an contre 5 auparavant, pour peu que les communes où ils sont installés l'acceptent. Au final, c'est elles qui ont le pouvoir de décision.

Ainsi, dans l'agglo de Tours, le maire de Tours Serge Babary (également vice-président de Tour(s)Plus en charge de l'économie) réunit une fois par an (fin septembre) grandes surfaces, unions commerciales ou syndicats pour un débat sur cette question. Pour 2016, entre les partisans du "zéro dimanche travaillé" et ceux qui voulaient profiter de tous les avantages de la nouvelle loi, un juste milieu a été trouvé : 6 dimanches d'ouerture autorisés dont 3 en décembre, un pour les soldes d'hiver, un autre pour les soldes derniers et un dernier "au choix" (à Tours, pour la Braderie). La mesure est valable dans les 22 communes de l'agglo et validée ensuite par les différents conseils municipaux.

D'ailleurs, les élus de Tours vont se pencher sur la question lundi prochain, celle-ci étant à l'ordre du jour de leur assemblée qui se réunira à partir de 17h en séance publique à l'Hôtel de Ville. Et la délibération comporte un changement : il n'y a plus 6 dimanches d'ouverture accordés mais 7 : "les hasards du calendrier font qu'en 2017, le 24 et le 31 décembre tombent des dimanches. Nous allons donc autoriser 4 dimanches d'ouverture en décembre : le 10;, le 17, le 24 et le 31" explique Serge Babary (et ce en plus des dimanches des soldes et du fameux dimanche "à la carte"). A noter que pour 2018 ce sera aussi le cas. Pour que les consommateurs puissent faire leurs courses de dernière minute avant les réveillons.

De quoi parlera-t-on aussi lundi soir ? Eh bien du recensement de la population, qui concernera près de 6 800 logements en janvier et février. 33 agents de la mairie feront des heures supplémentaires pour aller distribuer les formulaires et les faire remplir. Ils débuteront leurs tournées le soir dès le 5 janvier (ne vous étonnez pas de les voir, ils sont facilement reconnaissables car ils ont une carte avec leur photo signée du 1er adjoint). La mairie indique que cette mission leur rapportera environ 750€ bruts, chaque agent traitant environ 200 logements jusqu'au 24 février.

Autre sujet : le Haut de la Rue Nationale et ses futurs hôtels Hilton. La première pierre du chantier sera (enfin !) posée fin mars mais une officialisation du partenariat entre la chaîne et la ville doit être présentée dès le 25 novembre. On devrait aussi en savoir plus sur les commerces qui seront à proximité (c'est prévu pour fin 2018... si tout va bien). Il sera enfin question de la rénovation du quartier des Casernes, autre dossier qui traîne, la ville attendant la signature qui la rendra propriétaire des terrains (ça aussi, c'est imminent).

Consultez maintenant l'ordre du jour complet du conseil municipal de ce 14 novembre.