Tours

A Tours, des muscles presque sans effort

C’est le pari de deux jeunes entrepreneurs qui importent un concept allemand.

Il y a encore quelques mois, Sonia Fondimare et Julien Chesne étaient comptables. Aujourd’hui, ils dirigent une salle de sport pas vraiment comme les autres installée au 1er étage de la Rue Nationale de Tours, au-dessus de l’arrêt du tram. Depuis le mois de juillet, ils ont transformé un studio d’étudiant en cabinet de musculation haut de gamme. Un endroit fréquenté par des sportifs de haut niveau, des salariés en manque de musculature ou des personnes qui cherchent à perdre du poids. Ici, pas de cours de zumba, pas de machines pour les pectoraux, pour les abdos ou pour les jambes. Non, juste  un seul appareil : le Miha Bodytec.

« C’est un concept que l’on a découvert en Allemagne il y a environ deux ans » expliquent les deux jeunes gens qui ont au départ imaginé s’abonner en tant que clients, lui pour développer sa masse musculaire en marge de sa pratique du tennis de table (depuis 15 ans), elle pour réussir enfin à faire du sport régulièrement et avec plaisir. Sauf que ça n’existait pas à Tours. Ils ont donc voulu tenter le coup. Ce qui a séduit Julien et Sonia : le fait que des électrodes stimulent les muscles pendant que l’on fait les exercices. En fait, par-dessus sa tenue, le sportif enfile un gilet et des bandes sur les bras ou les fessiers. Objectif : « travailler 8 muscles en même temps et faire l’équivalent de 4h de musculation en 20 minutes. » On a testé : on a l’impression d’avoir un portable qui vibre dans ses muscles mais ce n’est pas forcément désagréable et on sent vite la contraction.

Alors, certes, présenté comme ça, on se croirait un peu dans une émission de téléachat mais les deux jeunes entrepreneurs poursuivent : « on fonctionne par phases de 4 secondes. 4 secondes d’effort, 4 secondes de repos. On peut régler l’intensité de la machine en fonction de l’objectif ou de la morphologie. Et on termine par 5 minutes de drainage lymphatique, ou 10 si l’on veut par exemple accentuer un traitement de la cellulite. » Sonia et Julien se montrent en exemple : « en 3 mois j’ai pris 4kg de masse musculaire » explique ainsi le Tourangeau qui affirme ne s’être « jamais senti aussi à l’aise » au bord d’une table de ping-pong. Pour Sonia, le fait de faire deux séances par semaine lui a redonné goût à l’effort. Attention ça ne fait pas tout : comme on ne fait pas de cardio (course à pied, vélo…), ce n’est pas des plus efficaces pour la perte de poids. Mieux vaut aussi utiliser cette solution en complément d’un sport qu’en remplacement, sinon ce n'est que de la gonflette…

Ce concept, à la base mis au point pour des athlètes puis développé pour un usage commercial, commence à faire son trou en France avec une soixantaine de clubs qui le proposent. Une activité qui permet certes de gagner du temps pour les plus pressés et qui semble garantir des résultats plus rapidement qu’une salle de sport classique, mais le prix s’en ressent aussi : 45€ la séance ou 139€ par mois pour deux séances hebdomadaires avec un engagement d’un an. En revanche, l’essai de la technique est gratuit. My Fitness Studio est ouvert du lundi au samedi, y compris pendant la pause du midi et en début de soirée. Si les Tourangeaux se laissent séduire, Sonia et Julien envisagent d’investir dans une deuxième machine voire d’ouvrir un second studio à Tours Nord.

O.C.