Tours

Donation exceptionnelle pour le Musée des Beaux-Arts de Tours

Léon et Martine Cligman proposent d’offrir 1 200 œuvres d’art à la ville et de payer la construction d’une extension du musée.

Léon Cligman est un homme très généreux. A tout juste 96 ans, ce chef d’entreprise qui a compté jusqu’à 40 000 salariés dans le textile, dont une usine sur le Boulevard Jean Royer de Tours, est aussi un passionné d’art qui a acquis de très nombreuses œuvres au cours de sa vie et apprécie également beaucoup le Musée des Beaux-Arts de Tours. Visiteur régulier du monument (il a deux propriétés à St Avertin), il souhaite aujourd’hui lui faire don d’une grande partie de ses collections personnelles et même financer la construction d’un nouveau bâtiment pour les présenter et accueillir des expositions temporaires. Une donation aussi rare qu’exceptionnelle.

« Les collections de Léon et Martine Cligman comprennent de nombreuses pièces de grande valeur » soulignent le maire de Tours Serge Babary et son adjointe chargée de la culture Christine Beuzelin. Pour l’essentiel, il s’agit d’art du XXème siècle ce qui tombe bien car le musée tourangeau n’en possède pas en grande quantité. Delaunay, Lautrec, Vlaminck… Peintures verreries ou sculptures… Des antiquités égyptiennes à l’Ecole de Paris… Pas moins de 1 200 œuvres sont proposées par l’industriel et son épouse (pour une valeur approchant sans doute les 20 millions d’euros). Ils vont dans un premier temps devoir en faire don à l’Etat qui jugera de la pertinence de leur exposition dans un musée avant de les léguer à la ville de Tours : « je ne sais pas combien seront acceptées mais une grande partie j’imagine » se réjouit le maire qui veut leur offrir « un écrin » dans l’enceinte du musée.

Le deuxième acte de la donation des époux Cligman, et non des moindres, c’est donc le financement d’un bâtiment neuf pour agrandir le Musée des Beaux-Arts de Tours : « on va avoir l’extension dont on rêvait » explique la municipalité qui affirme qu’elle planchait sur un projet similaire : « on manque de place pour des expositions temporaires ce qui nous privait de nombreuses expositions internationales. » Budget estimé : 5 millions d’euros pour une construction de 600m² au sol avec un étage ouvert sur les terrasses : « on pourra y exposer des sculptures et cela donnera un nouveau point de vue sur la ville » détaillent les élus. C’est l’architecte personnel de Léon Cligman qui établira les plans.

« Ce nouveau bâtiment va permettre au Musée des Beaux-Arts de Tours d’atteindre un très haut niveau sur le plan national » estime encore Serge Babary. Il sera donc érigé au fond du parc, sans s’appuyer sur son mur d’enceinte ni empiéter sur le jardin à la française. Dans ce dossier, la ville de Tours espère aller vite « car Mr Cligman veut inaugurer l’extension » mais elle se heurte à un obstacle conséquent : là où le projet doit voir le jour on est au cœur du secteur sauvegardé et les fouilles archéologiques obligatoires qui seront menées avant le début du chantier pourraient bien révéler quelques surprises. Avant même de les entreprendre, il faut également modifier le règlement qui régit les constructions dans le secteur sauvegardé et autoriser le couple Cligman a déposer une demande de permis de construire ce qui doit être fait ce lundi soir en conseil municipal.

Olivier COLLET