Tours

Coup de boost pour les entrepreneurs tourangeaux

La nouvelle plateforme Réussir en Touraine fait le pari d'un accompagnement décomplexé pour soutenir les créateurs d’entreprises dans la durée.

Françoise Blutou ne le cache pas : les réunions organisées sous l’étiquette Réussir en Touraine c’est pour « faire du business, c’est du réseautage commercial. » Mais ce que cette commerciale, à la tête de la société Home Access 37 entend également défendre c’est l’entraide entre dirigeants « avec un côté un peu informel, sans se prendre au sérieux et avec humour, pour prendre du recul. Tous les créateurs de projets sont aidés gratuitement pour leur business plan, la recherche de fonds, le développement marketing et commercial, la responsabilité pénale du dirigeant, les relations avec les banques... L’idée est aussi de rajeunir l’âge moyen des dirigeants d’entreprises. »

Féministe « depuis [son] plus jeune âge », Françoise Blutou est assez fière que toutes les personnes à l’initiative de Réussir en Touraine soient des femmes, y compris les deux jeunes étudiantes de l’IUT de Tours qui étaient en stage dans son entreprise (Cyrielle et Maëva). Tout a commencé autour d’un déjeuner entre amies à Vouvray « avec Sophie, à la tête d’une société de formation. » Quelques mois plus tard et après trois mois d’activité, la plateforme rassemble une trentaine de membres qui se retrouvent une fois par mois pour des réunions (il y en a une ce 13 juin) et régulièrement pour des petits déjeuners à thème (le prochain est prévu le 29 juin), le menu des discussions étant choisi suite à des votes sur les réseaux sociaux, pour coller aux préoccupations de tous.

« C’est une association amicale, collaborative et intellectuelle de dirigeantes et dirigeants avec beaucoup de très petites entreprises : des artisans, des commerçants, des fournisseurs de services... » complète Françoise Blutou. Un seul critère : avoir son siège social sur Tours (quant à l’adhésion, elle est de 25€ par mois). « L’objectif c’est d’aider les entreprises au démarrage. Ca fait encore rêver d’être chef d’entreprise, le numérique a permis à des gens qui n’auraient pas pensé le faire de monter leur projet. Ils sont cette envie d’être acteur, réalisateur et metteur en scène. »

Un sacré défi, pas facile à concrétiser et à faire durer : « quand on est chef d’entreprise il faut être un peu frondeur, savoir se faire entendre » avance Françoise Blutou qui trouve que sur le long terme, les dirigeants ne sont pas assez accompagnés et soutenus : « pourquoi tant d’entreprises disparaissent dans les 5 ans ? Sur Tours on manque de structures qui accompagnent vraiment les dirigeants. Il faut les appeler régulièrement, les booster au moins une fois par semaine et faire des points très précis sinon ils restent la tête dans le guidon » détaille cette passionnée des rencontres humaines qui prend donc sur son temps pour passer des coups de fil et remonter le moral des troupes avec l’espoir de faire durer de belles histoires professionnelles.

Olivier COLLET

www.reussirentouraine.fr