Indre-et-Loire

La loi de confiance en la vie publique imparfaite pour Sophie Auconie

La députée du sud-Touraine l’a votée quand même.

L’Assemblée Nationale a adopté la loi de confiance en la vie publique cette semaine mais ce texte, le premier emblématique du quinquennat d’Emmanuel Macron, laisse un goût d’inachevé dans les rangs des Constructifs, ces députés de droite et du centre favorables au nouvau chef de l’Etat mais qui attendaient plus...

La députée tourangelle Sophie Auconie explique ainsi qu’elle aurait souhaité une loi allant plus loin prévoyant un casier judiciaire vierge pour les élus ou une obligation de démission de la fonction publique. « Il était venu le temps d’une réforme transcendant les clivages dans l’esprit de la campagne présidentielle. Je regrette que le dialogue n’ait pas été réellement établi sur le fond du projet, sous prétexte de voter un projet en toute hâte au coeur de l’été. Le fait que le gouvernement et la majorité se soient limités à certaines mesures symboliques, sans prendre en compte les réalités des territoires, participe à l’imperfection de ce texte. »

Malgré ces « imperfections » et ces « incohérences » Sophie Auconie a voté la loi espérant qu’elle participera « à son hauteur à renouer le lien avec les citoyens. »