Indre-et-Loire

Quelles sont les banques les moins chères en Touraine ?

La CLCV publie son enquête annuelle sur la question et dénonce les hausses de tarifs.

Pas facile de choisir une banque... Elles semblent toutes avoir des offres très alléchantes pour vous inciter à les rejoindre mais il faut y regarder de près, notamment en ce qui concerne les tarifs. C'est en tout cas l'enseignement que l'on tire de l'enquête annuelle de l'association de consommateurs CLCV sur les frais bancaires. Avec tout de même un constat : deux banques régionales du Centre-Val de Loire font partie des moins chères de France, en l'occurence les antennes Centre-Loire et Touraine-Poitou du Crédit Agricole qui côtoient LCL, Le Crédit Agricole de la Réunion et le Crédit Coopératif dans le top 5. Notons aussi la 10ème place de la Banque Postale au niveau national.

Le classement est effectué pour des frais "basiques" avec une formule à 38€ pour LCL, 41€ pour le Crédit Agricole Touraine Poitou et déjà 51€ pour la Banque Postale. Pour une formule plus élevée, le CA Touraine Poitou est à 58€, 70 pour la Banque Postale. L'association, qui n'intègre pas les banques en ligne dans ses classements, a aussi fait un palmarès pour les comptes joints : là encore le Crédit Agricole s'en sort bien, devant la BNP Paribas, en Centre-Val de Loire. Il faut compter de 97 à 112€ pour leurs services. Pour un couple "haut de gamme" ayant besoin d'encore plus de prestations, le Crédit Agricole est cette fois devancé par LCL dans notre région.

A noter qu'en Indre-et-Loire, la CLCV a enquêté dans 20 banques, dont 16 sur Tours et dans l'agglo, les données datant de novembre 2016, pour des tarifs en vigueur au 1er février 2017. Dans un communiqué, elle dénonce les pratiques des enseignes : "Notre « petit consommateur » est toujours le plus pénalisé par les augmentations de tarifs. Le coût moyen en métropole hors banques en ligne et assurbanques subit la plus forte augmentation soit 1.75%. Une augmentation qui, si on prend en compte nos 5 derniers palmarès, est sur 4 ans de plus de 11% alors que l’inflation sur cette même période est de 1.9%. Les hausses touchent notamment les frais pour tenue de compte, les cartes bancaires « classiques » à débit immédiat, les retraits aux distributeurs, les virements en agence, les oppositions sur chèque, les chèques de banque et les transferts de PEL."

L'association, qui a alerté le ministère de l'économie sur les frais liés aux incidents, invite vivement les consommateurs à faire jouer la concurrence.