samedi 28 janvier, 2023

A Tours, chasse ouverte contre les commerces allumés la nuit

Le temps de la pédagogie est terminé. Depuis des années, on dénonce ces commerces qui gardent leurs enseignes, vitrines ou locaux allumés toute la nuit alors qu’il n’y a personne à l’intérieur… et quasiment personne dans la rue. Nous avons déjà publié des articles sur ce sujet… sans vraiment d’écho. Mais les préoccupations actuelles autour de l’environnement et de la sobriété énergétique semblent rendre le sujet un peu plus sérieux.

Ainsi, la loi interdit toute illumination d’enseigne extérieure entre 1h et 6h du matin (lorsque l’activité en question a cessé, par exemple pour un magasin de vêtements ou une bijouterie, mais pas pour un bar). Sinon, les enseignes doivent être éteintes au plus tard une heure après la cessation d’activité de l’établissement et peuvent être allumées une heure avant la reprise de cette activité (dans une boulangerie, par exemple). Concernant les autres éclairages, c’est extinction obligatoire 1h après la fermeture et jusqu’à 7h, ou 1h avant l’ouverture.

Si la grande majorité des boutiques respectent ces règles, il suffit d’une balade nocturne pour voir qu’un pourcentage non négligeable s’en fiche (principalement des enseignes de marques nationales ou internationales).

Ces derniers temps, le sujet est donc revenu dans l’actualité, d’autant plus qu’on entend de plus en plus de communes qui stoppent une partie de leur éclairage public la nuit. Pourquoi couper des lampadaires pour raisons d’économies si des commerces restent allumés ? Même si les sommes et volumes en question restent peu importants par rapport à de gros consommateurs (la SNCF, par exemple).

Dans un communiqué publié en ce début de mois de décembre, la ville de Tours annonce donc un durcissement de sa politique. Après une campagne de contrôles de la police municipale, les commerces surpris allumés vont tous recevoir une mise en demeure de se conformer à la législation. Si un autre contrôle les prend encore sur le fait, l’amende sera de 1 500€ au maximum.

A noter que la ville doit également faire adopter son propre plan de sobriété le 14 décembre en conseil municipal.

Photo d’illustration.

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !