mercredi 8 décembre, 2021
Ligue contre le cancer
Filbleu

Ecole, parking, logement social : ce qui fait débat en haut de la Tranchée à Tours

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Les élus n’ont pas la même analyse du projet.

Le chantier s’annonce comme l’un des plus importants à réaliser pendant le mandat de maire d’Emmanuel Denis à Tours : la rénovation du haut de la Tranchée. L’idée de faire quelque chose à cet endroit a germé avant son arrivée aux affaires mais il a décidé de reprendre les choses en main… et donc de changer beaucoup de choses. Déjà, il choisit de se passer du promoteur Icade qui avait signé un contrat avec la ville (ce qui va coûter 180 000€ d’indemnités à la municipalité). Ensuite, il compte mener une série de concertations avec les riverains et commerçants pour définir précisément le contour du futur quartier (une nouvelle réunion publique est programmée ce mercredi 7 juillet).

En haut d’une côte emblématique de Tours, la zone est symbolique. Et parmi les membres du conseil municipal, beaucoup ont une vision précise de leurs souhaits pour ce secteur. Ou cherchent à savoir exactement ce que prévoit l’équipe municipale même si elle affirme que les travaux préparatoires ne sont pas terminés.

Lundi soir en réunion plénière de l’assemblée, l’élu du groupe d’opposition Les Progressistes Pierre Commandeur s’est félicité de l’abandon du contrat avec Icade mais ostensiblement inquiété de la réduction du périmètre du projet du haut de la Tranchée, réclamant par exemple son extension aux commerces situés le long de la ligne de tramway Avenue Maginot. Réponse d’Emmanuel Denis : les commerçants seront associés aux discussions mais leur secteur n’est pas inclus dans le schéma car les bâtiments sont privés.

Le parking relais a encore 10-15 ans devant lui

Ce qui a entraîné plus de crispations, c’est le choix de la mairie d’abandonner le projet de regroupement des écoles maternelle et élémentaire Victor Hugo aujourd’hui situées en deux endroits différents. Emmanuel Denis préfère se concentrer sur la rénovation de l’élémentaire. « C’est regrettable car c’était une demande des parents » indique Pierre Commandeur. « Cela faisait consensus, c’est dommage de ne pas l’entendre » renchérit Cécile Chevillard du groupe Tours Nous Rassemble, son collègue et ancien maire Christophe Bouchet s’inquiétant qu’aucun calendrier précis ne soit donné pour les travaux de l’établissement.

Emmanuel Denis a justifié son choix par l’impossibilité de récupérer le terrain qui accueille actuellement le parking relais de la Tranchée… « On ne peut pas imaginer le déplacer car il appartient au Syndicat des Mobilités de Touraine qui ne compte pas l’abandonner avant la création d’une 3e ligne de tramway vers Saint-Cyr-sur-Loire » a détaillé l’élu Christophe Boulanger qui est vice-président aux questions de transport pour l’agglomération. Autrement dit, le parc de stationnement devrait encore avoir 10-15 ans devant lui avant un potentiel déménagement.

C’est quoi une Maison de la Démocratie ?

Ce qui chagrine aussi certains élus d’opposition, c’est la question du logement social dans ce quartier du haut de la Tranchée. Avec le faible nombre de constructions d’appartements envisagé, Pierre Commandeur craint « une pression importante et une hausse des prix » à cause d’une forte demande. « Vous poussez vers une gentrification de la ville et du centre-ville, vous poussez les habitants les moins fortunés en dehors du centre-ville » accuse-t-il en direction du maire. Emmanuel Denis a répondu en assurant qu’il y aura bien des logements sociaux en haut de la Tranchée. D’autres programmes de création sont en cours à Montjoyeux, Gustave Eiffel ou près du Petit Cher selon l’adjointe chargée du logement Marie Quinton.

Dernier point sensible pour le haut de la Tranchée : la potentielle création d’une Maison de la Démocratie dans les locaux de l’ancienne mairie de Saint-Symphorien. « C’est quoi une Maison de la Démocratie ? » interroge à plusieurs reprises Christophe Bouchet. « La concertation le définira » répond d’abord l’élue chargée du sujet Annaëlle Schaeller, qui promet des échanges avec les habitants du quartier et d’ailleurs en ville. Poussée à en dire plus, elle a fini par préciser sa pensée : « Ce pourrait être un endroit où l’on vient prendre des informations sur les projets en cours comme la démarche de concertation autour de la Place Jean Jaurès. Peut-être que ce sera un lieu de débat et d’échange, mais aussi que l’on y viendra pour peaufiner les projets présentés dans le cadre du budget participatif que nous lancerons en 2022. »

Olivier Collet

CARECO
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !