lundi 6 février, 2023

9 lycéens de Vaucanson veulent faire bouger l’Europe

Ils ont participé à la 38ème session du Parlement Européen des Jeunes à Limoges et veulent croire en une concrétisation de leurs propositions.

Stéphane Blandat, proviseur du lycée Vaucanson de Tours voit en eux des graines de conseillers municipaux ou de députés. Du 20 au 22 mars, 9 de ses élèves de 1ère ont siégé lors de la 38ème session française du Parlement Européen des Jeunes qui se tenait à Limoges. Un week-end fatiguant mais très instructif pour ces ados surmotivés qui ont planché sur des thèmes allant de l’éducation au handicap en passant par les droits humains et ont dû défendre leurs propositions à la tribune dans l’espoir qu’un jour les grands élus s’en saisissent pour améliorer le fonctionnement de l’Union Européenne.

Un week-end très studieux

« Vous avez donné une excellente image du lycée et c’est une expérience que vous pourrez mettre sur votre CV » leur a aussi dit le chef d’établissement qui les a notamment soutenus lors des deux semaines intenses consacrées à la préparation de l’événement. Car si son but est de faire naître des idées, le PEJ est aussi un lieu de compétition entre 10 lycées. A l’issue des prestations des jeunes, une équipe est choisie pour aller représenter la France lors d’une session internationale programmée à Leipzig, en Allemagne.

Voici comment les choses se sont passées : encadrés par deux conseillères principales d’éducation (Valérie Marichon et Christine Georget), les élèves sont arrivés à Limoges vendredi. Là, ils ont été séparés et répartis au sein de leurs commission respectives : éducation, droits de l’Homme, développement régional, justice… L’objectif étant de travailler à l’élaboration d’une série de recommandations suite à leurs observations sur le fonctionnement de l’Europe et la vie quotidienne des Européens.

Des idées défendues bec et ongle

Après un passage en mairie (avec du vouvray au cocktail !) et une boum, ils ont passé une bonne partie de leur samedi à plancher, y compris la nuit du 21 ou 22 où seule l’une des jeunes a dormi (et encore, 2h). Le dimanche était lui consacré à la présentation et surtout la défense des projets ainsi élaborés. A la tribune, devant 140 personnes et avec un temps limité (3 minutes pour argumenter, ça passe vite).

Sur les 9 élèves Tourangeaux, 7 ont vu les propositions de leurs commissions validées par le vote commun. Face à nous, on trouve des ados motivés et fiers de leur travail. D’ordinaire, un jeune de 16 ans ne prend pas la parole spontanément face à des inconnus. Là, ils sont bavards, avides de détails, volontaires. Ils parlent de leur foi en l’Europe, de leur volonté d’encourager la création de « Musées de l’Europe » (gratuits) partout sur le continent pour renforcer le sentiment d’appartenance global à l’UE. Ils demandent aussi la création d’une « Journée des Enfants de la Paix », veulent développer les écoles mobiles, un renforcement de l’accessibilité pour les personnes handicapées et plus de classes spécialisées dans les écoles, préconisent l’enseignement des langues étrangères dès le primaire et des enjeux environnementaux dès la maternelle, veut des mesures pour accélérer l’accès universel aux nouvelles technologies…

« On a besoin de l’Europe »

Rémi, Sophie, Jade, Emma ou Jules sont conscients que l’Union Européenne ne peut rien imposer à ses Etats membres, seulement recommander des actions. Mais pour eux ce serait déjà des pas importants à faire, notamment pour que les européens se définissent plus comme tels, se sentent concernés par ce qu’il se passe dans ces institutions si obscures pour beaucoup mais que nos élèves maîtrisent désormais sur le bout des doigts.

« Nos propositions sont peut-être de droite ou de gauche, ce n’est pas important » souligne une jeune fille. La question est plutôt de savoir comment concerner chaque citoyen. « Les gens ne se rendent pas compte de ce que l’Europe peut leur apporter. On en a besoin. » En tout cas, eux, c’est sûr, ce projet les a boostés. « On les a vus grandir en trois jours » soulignent les deux CPE, émues. En attendant, peut-être, de voter pour l’un d’eux un jour dans un isoloir comme le soufflait Mr le Proviseur…

Olivier COLLET

Mise à jour, 28/03 :

Au final, les lycéens de Vaucanson n’iront pas à la session internationale.mais leur aventure continue notamment par l’organisation d’une Session du PEJ sur une journée au Lycée Vaucanson le mardi 14/04 afin de sensibiliser d’autres élèves de l’établissement mais également d’autres lycées de Tours (Balzac, Choiseul, Grandmont, J.Monnet…) qui participeront, à la question européenne.

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !