Tours Agglo

La Riche est « prête » pour accueillir le tram

Le projet d’une deuxième ligne desservant la commune fait consensus auprès des élus.

Il n’a pas pu s’en empêcher : ce jeudi soir dans un conseil municipal exclusivement dédié au développement des transports tourangeaux à l'horizon 2050, le maire de La Riche Wilfried Schwartz a souligné que « l’hypothèse sérieuse » de l’arrivée du tramway sur son territoire d'ici 2025 était « historique » dans le cadre du projet de développement de la ville. Historique parce que jamais la commune n’a pu bénéficier de ce type de moyen de transport, même quand un tram passait sur le Boulevard Tonnelé il y a fort longtemps. « La Riche est prête pour le tram ! » s’est félicité l’élu.

Historique, le mot est un peu trop fort mais à la mode quand il s’agit de se réjouir en politique. Et il faut bien reconnaître qu’en ce moment, les signaux sont au vert pour La Riche qui va avoir le tram à sa porte dans moins de dix ans. On peut l’écrire à l’affirmatif même si certains emploient encore le conditionnel au sujet de la deuxième ligne de tramway de Tours annoncée pour fin 2023, 2024 voire, en cas de retards de travaux, de recours ou d’études qui traînent, 2025. Clairement, une seule hypothèse est privilégiée pour le tracé : le tram ira de l’hôpital Bretonneau à l’hôpital Trousseau de Chambray-lès-Tours. Donc un terminus à la porte de La Riche, une frontière que le maire et les habitants aimeraient qu’il franchisse le plus vite possible.

Pour faire le point sur le dossier et les ambitions larichoises, le maire (PS) a donc réuni un conseil municipal exceptionnel ce 20 avril, en présence du vice-président de la métropole en charge du dossier des transports, Frédéric Augis. Les mots sont choisis. Était présenté « ce beau projet avec l’hypothèse sérieuse d’une desserte de La Riche » (il ne faut pas trop froisser St-Pierre-des-Corps qui va attendre plus longtemps avant d’avoir son tram).

Voici ce qui joue en la faveur de la commune de l’ouest de l’agglo par rapport à sa « jumelle » de l’est… Déjà il y a sa forte densité de population et son ambition d’atteindre les 13 000 habitants dans 10 ans avec le nouveau quartier Plessis-Botanique . Il s’agit d’un plan pour 1 200 logements construits sur des friches agricoles afin d’accueillir 2 500 habitants. Le gros du chantier va débuter en 2019 pour de premiers emménagements en 2021. Donc rien qu’avec ça, la ville est dynamique alors que St-Pierre-des-Corps voit plutôt sa population baisser. De plus, La Riche c’est « la porte d’entrée Ouest » de la métropole via le périphérique et la sortie située au niveau de St Cosme. Ajoutons à cela un quartier prioritaire autour de la Rue du 11 Novembre, le fac de médecine, les équipements culturels (La Pleïade et le Prieuré St Cosme), la piscine Carré d’O… ça commence à faire. Les collégiens et lycéens seraient aussi plus proches des salles de cours alors que La Riche est dépourvue d’établissements du secondaire.

C’est donc avec cet argument du développement que la commune avance, arguant aussi que 80% de ses habitants travaillent à l’extérieur du territoire, dont une bonne moitié à Tours. Mais attention : pour l’instant le tram dans le centre de La Riche n’est qu’un désir. Le projet actuel prévoit bien un terminus à Bretonneau, et pas dans le cœur de ville. Le prolongement par le quartier du Plessis-Botanique via l’Avenue Mendès-France, puis vers la Rue du 11 Novembre, la mairie et le Prieuré ce serait pour plus tard et moyennant 20 millions d’euros supplémentaires.

Tout cela n’empêche pas la municipalité de tout faire pour faciliter les potentiels travaux : « nous avons récemment voté notre Plan Local d’Urbanisme qui prévoit un certain nombre de règles pour empêcher les nouvelles constructions entravant le passage d’un tram » a noté Wilfried Schwartz qui pense aussi au projet de réaménagement de la Rue du 11 novembre, dimensionné pour envisager le passage des rails. Idem pour l’aménagement du nouveau quartier, où la localisation d’une station est déjà schématisée.

« Espérons que nous allons concrétiser ce rêve » a poursuivi le maire ajoutant : « La Riche est souvent discrète mais quand les enjeux sont forts nous sommes très déterminés. » Son premier lobbying réussi, elle propose désormais un terminus de ligne B « Pierre de Ronsard » qui permettrait de créer un pôle de transports à la sortie du périphérique avec parking relais, tram vers Tours Centre, ou encore des liaisons bus vers l’ouest de l’agglomération (Berthenay, St Genouph…) aujourd’hui très mal desservi. « Il faut voir comment empêcher intelligemment les personnes d’entrer en voiture dans la métropole » a commenté Frédéric Augis, validant implicitement cette réflexion. « La politique c’est de tendre vers moins de voitures. »

Ainsi, on pourrait donc imaginer rejoindre la gare de Tours du centre de La Riche en un quart d’heure en tram via Bretonneau (ce qui est déjà le cas aujourd’hui, mais en bus, toutes les dix minutes). Pour faciliter les futures démarches, des terrains sont déjà prêts, d’autres pourraient être cédés gracieusement à la métropole pour la remercier de son investissement sur la commune… De quoi susciter des espoirs qui se sont exprimés par les voix des différents élus municipaux ce jeudi : on a parlé accessibilité aux personnes à mobilité réduite, de l’importance de penser aussi aux aménagements pour les vélos ou de végétalisme le parcours. Des souhaits ont même été émis pour que l’alimentation des rames ne se fasse pas par des caténaires afin de ne pas dénaturer les abords du Prieuré.

Ces questions sont essentielles mais elles ne seront pas débattues de manière concrète avant plusieurs années. Wilfried Schwartz garantit cependant d’ores et déjà « une co-construction avec la population » sur la vitesse en ville, le confort des riverains, les aménagements à faire autour… « Se priver de ces quelques kilomètres serait dommage. Grâce au tram, la commune sera plus attrayante, ça propulsera le développement immobilier et permettra peut-être de créer des emplois. Ce sera une revanche sur le passé » a commenté Rabia Hadjidi-Bouakkaz.

Olivier COLLET

A l'issue de la séance du conseil municipal, un voeu  pour le tram (dont le texte intégral est disponible ici) a été voté avec 32 voix pour sur 33 (une abstention). Ce conseil municipal exceptionnel dédié au tram était le premier d'une longue série dans la métropole. Frédéric Augis va désormais aller expliquer les projets de développement des transports tourangeaux à l'horizon 2050 un peu partout comme à St-Pierre-des-Corps, St Avertin, Chambray-lès-Tours...