Indre-et-Loire

Pas de dérogation pour une élève de CP : manifestation samedi à Veigné

La petite Alice craint un changement d'école.

Début juillet, des habitants des communes d'Esvres et de Veigné s'étaient mobilisés pour soutenir une famille habitant Esvres mais dont la petite fille est scolarisée à Veigné, commune où sa mère est directrice de l'école des Gués. Alors qu'elle va faire sa rentrée en CP la semaine prochaine, elle risque fort de devoir changer d'établissement et d'étudier dans sa commune de résidence car la demande de dérogation déposée n'a pas été acceptée.

"Depuis toujours, la directrice de l'école maternelle scolarise ses enfants à Veigné ce qui lui permettait notamment de rester disponible à l'école après la fin des cours pour rencontrer les parents car elle n'avait pas besoin d'aller chercher son enfant à l'école. Si elle doit désormais se libérer pour aller la récupérer dans une autre école elle sera moins disponible et cela nous inquiète" nous expliquait en début d'été le président de l'association des parents d'élèves.

Une nouvelle manifestation est prévue ce samedi à 11h devant la mairie de Veigné. Christophe Mauriac, de l'APE, s'explique : "Malgré les tentatives des parents, de l'éducation nationale et de l'association des parents d'léèves chaque maire reste sur ses positions et la situation est complètement bloquée. (...) Comment peut-on refuser des dérogations d'une commune avec qui la mutualisation des moyens est mise en avant dans chaque bulletin municipal. (...) On parle de 500€ environ par an sur 5 ans. Les parents de l'enfant ont proposé de payer les frais de scolarité, ce n'est pas légal."

Nous avons pu joindre le maire de Veigné Patrick Michaud qui a rencontré les parents concernés et l'association. Il explique agir au nom de l'équité entre les familles et précise également que le coût de la scolarité est supérieur à la somme annoncée. "Mon collègue maire de Esvres ne veut plus payer les frais de scolarité pour cette petite fille et je respecte ce choix. J'ai essayé de négocier, de proposer une convention mais elle a été refusée. D'autres n'ont pas eu de dérogation même pour des personnes qui travaillent à Veigné. Nous étudions les demandes en fonction de la situation sociale et familiale, selon des critères prévus par les textes. J'accepterai si la mairie de Veigné ou d'autres acteurs sollicités par cette famille payent, je le dirai, et j'inviterai aussi les autres familles qui demandent des dérogations à contacter les mêmes personnes (préfecture, inspection d'académie ou la ministre Marisol Touraine ex-députée de la circonscription)." 3 autres enfants d'Esvres sont scolarisés à Veigné, avec des frais pris en charge par leur commune de résidence selon l'élu.

O.C.