jeudi 1 décembre, 2022

591€ : le prix moyen du loyer d’un 2 pièces à Tours (et ça grimpe)

Se loger coûte de plus en plus cher. Depuis la crise sanitaire, les prix de l’immobilier explosent en Touraine, notamment portés par l’arrivée de clients parisiens. C’est 140 000€ pour un 3 pièces quartier Beaujardin, plus de 300 000€ une maison à Velpeau… Certains biens ont pris 50% de valeur en quelques années. Si beaucoup de professionnels parient sur une stabilisation voire une baisse à moyen terme (notamment parce que les banques refusent de plus en plus de prêts), on ne s’attend pas non plus à une dégringolade. Dans le même temps, les loyers aussi ont tendance à grimper de façon conséquente.

Selon une étude du site LocService publiée à l’occasion du Salon de l’Habitat (de vendredi à dimanche au Parc Expo), les locataires doivent débourser 9,7% de plus qu’il y a deux ans pour se loger à Tours.

« Cette hausse suit la même tendance que celle observée sur l’ensemble des villes de province après la crise sanitaire » indique l’enquête. Et si Tours reste 58% moins chère que Paris où les loyers franchissent vite la barre des 1 000€, c’est la grande ville la plus onéreuse du Centre-Val de Loire avec un tarif moyen de 15€50 le m², contre 14€36 le m² à Orléans (ville de taille comparable). Il faut dire que ce serait la commune la plus recherchée de la région, devant la capitale du Loiret. Même Chartres qui a aussi l’avantage de la proximité avec Paris n’atteint pas de tels tarifs.

Dans le détail, il faut désormais compter une moyenne de 417€ pour un simple studio d’environ 20m² à Tours, 492€ si on veut plutôt quelque chose autour de 30m². Pour un eux pièces d’environ 40m², on vous demander 591€ par mois et 740€ pour un T3 de 740€ : des prix variables selon les quartiers, les Rives du Cher coûteront moins que les Halles. Et bien sûr on exclut les logements sociaux.

« Le marché locatif tourangeau favorise largement les petits appartements, studios et T1, qui représentent en cumulé 53 % des locations réalisées sur les 12 derniers mois. Ils bénéficient notamment de la demande des étudiants » commente LocService. D’ailleurs, plus de la moitié des locations se font sur des appartements meublés, ce qui fait aussi grimper les tarifs par rapport à un appartement proposé vide. Le profil le plus fréquent est celui d’une femme seule (44% des locations) devant les hommes seuls (33% des baux signés). 26% des personnes en recherche d’un logement résident déjà dans la ville.

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !