dimanche 25 septembre, 2022
  • Avoine saison culturelle

Folie Douce : ici, on mange comme à la maison

Récemment ouvert Rue du Change, ce restaurant-salon de thé a su nous séduire. Voici pourquoi.

Anne-Sophie a 24 ans. Cette enfant du CFA des Douets qui vit aujourd’hui à Neuvy-le-Roi n’est pas derrière les fourneaux depuis très longtemps mais sait déjà y faire. Notamment parce qu’elle a connu des expériences variées en salle, de Cannes à Dublin. Rêvant d’être un jour à la tête d’un hôtel-restaurant, c’est un salon de thé où l’on peut déjeuner qu’elle a installé il y a environ six mois à deux pas de la Place Plume de Tours. Ca s’appelle Folie Douce, parce qu’elle y met toute sa folie et sa douceur. Dans l’assiette comme dans l’ambiance.

Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 19h, c’est souvent pour boire un chocolat, manger une tarte au citron ou bruncher le dimanche que l’on vient se poser dans les fauteuils confortables de La Folie Douce. Pour 15€50 avec entrée-plat-dessert on peut aussi y manger le midi. Ce mercredi, Anne-Sophie nous accueille depuis sa cuisine, glissant sa tête par l’ouverture qui la sépare de la salle et de laquelle elle n’est jamais très loin pour vérifier que tout se passe bien. C’est par une salade de chèvre qu’elle nous propose de commencer. Servie dans une petite assiette, elle parait copieuse et elle l’est. Avec du ste-maure-de-touraine chaud et du miel mais aussi du ste-maure-de-touraine froid avec des petites tomates et des morceaux de pomme. Bon point les morceaux de pomme. Et en plus elle a même pensé à nous demander si on aimait les champignons avant d’en mettre dans le plat. Elle a bien fait, on n’aime pas ça.

Une fois l’appétit bien aiguisé, il est temps de manger un steak saignant avec du gratin de pomme de terre. Si ce dernier aurait mérité une cuisson plus longue pour être plus fondant, il a l’avantage de nous rappeler la cuisine de maman ou mamie : simple mais efficace, léger mais consistant (et Anne-Sophie a proposé du rab’ sans même qu’on n’ose demander. Cette fille est géniale !). On ne pouvait pas partir sans goûter le dessert, surtout une fois ces mots prononcés : tartelette à la mangue. Elle concède que la pâte n’est pas maison comme celle de la quiche aux poireaux que notre invitée du jour a dégusté mais à part ça elle prend le temps de tout faire toute seule avec application. Elle sait ce qu’elle veut. Comme quand elle demande à son voisin de Neuvy-le-Roi de venir dessiner une fresque de Noël sur sa vitrine. Jean-Michel Jouhanneau est là depuis trois jours et achève son décor représentant l’ouverture des cadeaux le soir du réveillon. Une image du quotidien dans une petite salle où l’on se sent un peu comme à la maison un soir au coin du feu, avec la radio en fond et le sapin qui clignote. Il manque peut-être le rire des enfants ou des amis et l’odeur du chien mais on a déjà l’essentiel.

Olivier COLLET

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !