mardi 4 octobre, 2022

Info Tours a lu « Merci pour ce moment » de Valérie Trierweiler

Inutile de présenter les personnages de ce récit signé par l’ex-compagne de François Hollande. « Merci pour ce moment », imprimé en secret en Allemagne par les éditions Les Arènes est sorti jeudi en France et déjà tout a été vendu. Au-delà de la polémique, « Merci pour ce moment » est un récit de 330 pages plaisant à lire, écrit avec fluidité, sans concession sinon au mélange des genres. Le sentiment d’info-tours.fr

On passe un bon moment à lire ce livre. La journaliste de Paris Match a le sens de l’écriture efficace, celui de la formule choc parfois. Pas la peine d’imaginer les personnages, on les connaît, observe et suit à la trace depuis plusieurs années. Le compagnon infidèle, la femme trompée, la compagne nouvelle trompée à son tour. Bref une histoire d’amour presque normale avec un début qui s’éternise sur plusieurs années, un milieu et une fin de non recevoir.

François + Valérie, 2005-2014. Deux cycles semblent s’éteindre avec ce livre : une histoire d’amour passionnelle, débutée dans un double adultère puis la Ve République avec sa présidentialisation du pouvoir politique en France. Deux impasses qui, logiquement, pour peu que l’amour entre deux êtres ou la constitution de 1958 soient logiques, se terminent violemment.

Quoiqu’on pense ou perçoive de l’ex Première dame, son témoignage est éclairant sur la conception de la vie de l’homme politique professionnel en quête de destin exceptionnel. Menteur, tricheur, jongleur avec les non-dits, peu courageux à reconnaitre les choses en face de la femme qu’il aime. Cela n‘est pas réservé au président de la République française… Mais cette duplicité récurrente, systématique, épuisante pour la narratrice est constitutive de l’accès à la fonction présidentielle que ce livre, (présenté dans les médias comme un brûlot, alors qu’il ne l’est pas), est réputé « désacraliser ». Au fil des anecdotes, alternant scènes du passé et d’aujourd’hui, (les dernières pages sont datées du 31 juillett 2014) on n’échappe pas à l’intimité de feu le couple présidentiel.

Valérie Trierweiler raconte sa version d’une histoire passionnelle qui l’a conduite dans les appartements de l’Elysée et les coulisses du pouvoir éxecutif. Elle a tout mélangé (profession, histoire d’amour, pouvoir) et ne sait pas où elle en est. La caste mediatico politique, qui glousse des off et des secrets d’alcôve entre journalistes politiques complaisants et élus de la République ne lui pardonne pas. Ni d’avoir vécu ce qu’elle a vécu, ni d’avoir raconté.

Cette complicité tacite entre politiciens et journalistes politiques à la française explose à la faveur d’une blessure narcissique. Elle a été trompée, « humiliée devant la terre entière » écrit-elle rappelant le communiqué froid de l’Elysée annonçant la rupture après le vaudeville Gayet.

Il était urgent de taire. Elle parle. Car au-delà de la couverture de la presse à scandale, d’un président en casque intégral dans la rue de sa maîtresse, Trierweiler règle ses comptes avec son ancien compagnon. Un ex qui l’abreuve de SMS (29 par jour parfois) pour qu’elle lui pardonne. Et revienne vers lui.

On a souvent l’impression d’une écriture thérapeutique. Les passages les plus intéressants du livre restent ceux où elle se raconte, de la ZUP d’Angers à la rédaction de l’hebdo du poids des mots et du choc des photos. Sa mère caissière, son père grand invalide de guerre. Comment elle a résisté des années à Hollande, tombé petit à petit amoureux d’elle. Comment elle lui a cédé. Aucune scène porno ni érotique dans le livre. Elle aurait pu en écrire… Elle se contente d’évoquer son ressenti, son malaise, son désarroi, face à son amoureux qui change, qui n’écoute plus que lui-même ou sa bande après mai 2012. Elle ne le ménage pas, ne se ménage pas non plus, reconnaît ses torts. Assume tout ce qu’elle veut bien raconter. Dresse le portrait d’un homme qu’elle a aimé, évoque les bons moments et les mauvais. Dit ce qu’elle pense du comportement de Le Foll, Bartolone, Aquilino Morelle l’« homme aux souliers cirés ».

La vengeance, à défaut d’avoir de la classe, est stylée. C’est l’histoire d’une femme qui sort avec fracas et dégâts d’un amour passionnel. C’est aussi l’histoire de promesses faites et non honorées, ce qui explique en partie son succès public à mi quinquennat du « héros » évoqué. C’est aussi l’histoire d’une professionnelle de la plume qui s’est perdue dans le mélange des genres, en troquant son esprit critique et la distance nécessaire pour un plongeon sans parachute dans un monde dont elle semble avoir mesestimé la violence, la médiocrité comportementale et l’hypocrisie. C’est aussi pour reprendre les termes qu’elle emploie au sujet de Bartolone, pris en flagrant délit de mauvaise foi et de retournement de veste « un échantillon du comportement humain dans le vivier vipérin de la politique ». La politique, telle que beaucoup ne l’acceptent plus…

Florence GENESTIER

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !