vendredi 30 septembre, 2022

Pour Christine Beuzelin, la baisse d’une subvention n’est pas une fatalité

L’adjointe à la Culture et à la Communication de la Mairie de Tours fait le point sur sa politique : Décos du Pont Wilson, baisse du budget, Bateau Ivre… Et le nouveau festival littéraire de 2015.

Ca fait un peu plus de six mois que vous êtes en poste à la mairie… On fait le point de ce que vous avez engagé comme actions ?

Christine Beuzelin : Dans un premier temps j’ai reçu beaucoup de personnes et d’associations : pas loin de 200 à ce jour. Il y avait un vrai besoin d’écoute. J’ai ainsi des demandes de rendez-vous tous les jours pour évoquer des besoins ou présenter des créations. Par ailleurs, je travaille sur le sujet des musiques anciennes. Tours compte 5 ensembles importants dont certains connus à l’international. Il faut essayer de regrouper leurs forces, qu’ils aient plus de visibilité mais c’est long. Troisièmement, et ça a été l’action la plus visible : on a fait appel à de nouveaux artistes pour le pavoisement du Pont Wilson. Ca a certes permis une économie substantielle mais l’objectif était surtout de donner la chance à des artistes différents dans cette vitrine à ciel ouvert. Mode d’Emploi en a depuis profité et a reçu des commandes pour d’autres supports.

Vous préparez déjà la décoration de 2015 ?

Oui et nous en profiterons pour mettre d’autres artistes à l’honneur. Ce n’est pas encore conclu mais j’ai ma petite idée… Ensuite on changera chaque année, toujours avec la volonté de mettre en valeur des artistes Tourangeaux.

Parmi vos projets vous travaillez aussi sur l’évolution du Centre National de Chorégraphie…

Leur trouver un nouveau lieu est une de mes priorités. Giraudeau, c’est trop petit, trop excentré. Ce grand studio n’est pas à la hauteur de ce qu’ils font. Ils ont été présentés à Avignon, font des tournées aux Etats-Unis… Et j’ai peut-être trouvé le lieu idéal, en ville, dans un nouveau quartier. Ce n’est pas encore concret mais je peux promettre que personne ne sera délogé.

Pas de festival Rayons Frais en 2016, rien de sûr pour 2017

On sait que Tours doit trouver 12 millions d’euros d’économies à faire en deux ans : est-ce que le budget de la culture va être impacté ?

Bien sûr. Comme tous les budgets, il va baisser. Mais sur les 20 millions alloués la culture, il y a 90% de masse salariale sur laquelle on ne peut pas jouer. On ne va pas baisser les salaires.

Donc il y aura des subventions en moins ?

Oui, il faudra faire des choix. C’est toujours dur. Ils se feront autour du rayonnement des événements. Nos forces doivent pouvoir s’exporter donc nous privilégierons les projets qui peuvent nous apporter une image à l’extérieur.

Est-ce que comme à Orléans, des festivals seront impactés ?

En 2016, à cause des fêtes de St Martin, la ville n’aura pas les moyens d’organiser le festival Rayons Frais. Deux événements pendant la même semaine de juillet ce n’est pas possible. Mais un retour du festival est à l’étude pour 2017.

Cela dit, je pense qu’une réduction de subvention doit s’accompagner d’une réflexion sur le déroulé d’un événement. On peut se poser la question sur sa durée ou le nombre de spectacles. Baisse de subventions ne doit pas être égal à suppression. Au contraire. C’est l’occasion de repenser les choses. Un festival peut avoir autant d’impact voir plus sur deux jours que sur 4 ou 5.  

Vous préparez le lancement d’un nouveau festival littéraire à Tours, A (h)auteur de Mots. Qu’est ce que vous pouvez nous en dire aujourd’hui ?

Il aura lieu à la fin du mois de mars mais il n’y aura aucune signature de livres, ce n’est pas le but. Ca n’a rien donc à voir avec le Chapiteau du Livre de St Cyr ou La Forêt des Livres. Il s’agit plutôt de rencontres autour du mot, de la poésie, de la chanson ou du slam. Si, pendant trois jours on arrive à donner envie du mot, de lire, ensuite les visiteurs pourront aller au Chapiteau. C’est complémentaire.

« Il manque une petite salle de concert dans Tours »

Donc l’événement aura lieu en plein milieu des élections départementales ?

Oui et d’ailleurs ça nous pose des problèmes… La salle des fêtes de la mairie que l’on imaginait utiliser sera notamment occupée par un bureau de vote. On est en train de chercher plusieurs lieux d’accueil, à Tours et à l’extérieur. L’idée c’est de susciter des rencontres avec les écrivains autour de conférences, tables rondes. J’ai aussi envie que les mots sortent, pourquoi pas via une opération dans le tramway similaire aux poèmes affichés dans le métro parisien. J’ai également rencontré une femme qui met des mots sur ses sculptures, c’est une autre idée intéressante…

Où en sont les discussions avec Ohé du Bateau autour de l’éventuelle réouverture du Bateau Ivre ?

Ils doivent toujours nous remettre un projet chiffré puis on réfléchira pour voir si la réouverture est envisageable ou non. La salle est fermée depuis de nombreuses années, il faut la remettre aux nouvelles normes, tout refaire : accès handicapé, acoustique, électricité… Mais en soi Le Bateau Ivre est un projet intéressant d’autant que Tours intra muros manque d’une salle avec une jauge moyenne avec 150 à 200 places, type Le Petit Faucheux..

La Bibliothèque ouvrira un dimanche par mois en 2015

Si l’on reprend le programme de campagne de Serge Babary…Où en est le projet de grand événement international, prévu dès 2015 ?

C’est plutôt le domaine de l’adjoint Christophe Bouchet mais… 2015, ce sera un peu court. On part plutôt pour 2016, avec l’année autour de St Martin. C’est aussi à ce moment-là que le projet de spectacle historique devrait se concrétiser à Marmoutier.

Et pour l’ouverture de la bibliothèque le dimanche après-midi ?

Ca prend du temps, on a eu pas mal de réunions avec le personnel. On va commencer par faire un test un dimanche par mois dans le courant de l’année 2015. Ca a déjà été fait dans certaines villes, c’est une bonne offre du service public.

Un mot sur vos coups de cœur culturels du moment… Vous avez le temps de lire ?

Oui, je lis beaucoup. Même si je sors tous les soirs, je garde du temps pour ça. Je viens de finir Constellations d’Adrien Bosc autour du crash de l’avion de Marcel Cerdan et j’ai commencé L’Amour et les Forêts d’Eric Reinhardt. J’aime bien son style particulier, les personnages sont attachants. En revanche je regrette de manquer de temps pour le cinéma. J’aimerais bien voir le dernier film de Woody Allen et celui de Mélanie Laurent…

Propos recueillis par Olivier COLLET

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !