Tours

Indre-et-Loire : 12 radars automatiques hors-service sur 42

Et ça pourrait durer un moment.

La nouvelle limitation des routes secondaires à 80km/h depuis le 1er juillet 2018 et le mouvement des Gilets Jaunes sont citées comme cause ayant entraîné une série d’actions visant à neutraliser les radars automatiques au bord des routes. Un phénomène national. En Indre-et-Loire, la préfecture a fait un bilan : début février 2019, 12 radars sur 42 ne sont plus capables de constater les excès de vitesse.

Dans le détail, 8 ont été détruits par des incendies :

  • Monnaie,
  • Ste-Catherine-de-Fierbois
  • Chouzé-sur-Loire
  • Saint-Avertin
  • Esvres
  • Auzouer-de-Touraine
  • Neuillé-Pont-Pierre

4 autres machines ont subi des dégradations d’une autre nature (non précisées) à Vernou-sur-Brenne, Noizay et Tours. Et les 30 radars qui ne sont pas complètement HS se voient régulièrement masqués (sacs plastique par exemple) ce qui fait qu’ils peuvent être empêchés de flasher. Au total, 50 à 60% du parc tourangeau est inopérant, à en tout cas en ce qui concerne les vérifications de vitesse (les radars de feux et celui installé sur le passage à niveau de Côteaux-sur-Loire n’ont pas été attaqués).

Les réparations ou remplacements de radars détruits sont envisagés mais pour l’instant la préfecture ne sait pas dire dans quels délais, car l’Etat doit passer des marchés avec des entreprises afin d’engager des opérations groupées (moins chères que des interventions au cas par cas). Le montant de la note n’est pas connu mais il pourrait être de plusieurs dizaines de milliers d’euros, à raison de 50 000 voire 100 000€ par appareil.

Selon le maire de Tours Christophe Bouchet, ces radars indisponibles entraînent des nuisances : « les camions roulent plus vite sur l’A10 ce qui entraîne plus de pollution, notamment dans les montées de Marmoutier et de Chambray-lès-Tours. Il est tant que ça se termine. » La maire de St-Pierre-des-Corps Marie-France Beaufils relève elle que les communes – qui reçoivent une partie du produit des amendes – toucheront moins d’argent, car la somme nécessaire aux remises en état sera prélevée sur les sommes versées par les conducteurs indélicats.

En 2018, les différents radars tourangeaux se sont déclenchés 213 385 fois dans le département -58% en un an (509 376 flashs en 2017). Mais les dégradations de radars n’expliquent pas tout : le retrait du radar chantier de l’A10 à Chambray qui constatait énormément d’excès de vitesse dans la zone de travaux doit également être prise en compte. L’an dernier, ce sont les radars de l’A10 à Tours, Ste-Maure-de-Touraine et Saint-Avertin qui ont le plus fonctionné. A eux 4 ils représentent 38% des infractions d’après le bilan de la préfecture. A cela s’ajoutent 3 168 rétentions de permis lors des contrôles des forces de l’ordre, dont 1 328 pour grand excès de vitesse.

Rappelons par ailleurs que 38 personnes sont mortes sur les routes tourangelles en 2018, contre 32 en 2017 et 34 en 2016. En revanche le nombre d’accidents et de blessés sont en baisse de 10% et 11%. Le total des accidents est néanmoins supérieur à 2016 (743 contre 708).