Tours

Tours prépare activement son Année Balzac

Œuvres d’art, circuit lumineux, expos, spectacle : l’agenda s’annonce chargé.

« Je voudrais que tous les deux ans, on remette comme il se doit en lumière un personnage tourangeau » explique Jérôme Tebaldi, adjoint au maire en charge du rayonnement de la ville. Après St Martin en 2016-2017, on sait déjà qui sera le prochain. A l’occasion des 220 ans de sa naissance (le 20 mai 1799 à Tours), l’auteur Honoré de Balzac va être la vedette de 2019, et ça durera toute l’année.

Une grande statue pour Balzac en centre-ville... mais pas de grande artère à son nom

2019, ça peut paraître loin mais Jérôme Tebaldi est déjà à fond dedans : il a acheté un santon qui représente l’auteur et une petite statue à son effigie se dresse sur son bureau… « Balzac, c’est le Tourangeau par excellence », explique l’élu LR, « il faut donc que Tours soit Balzac et que Balzac soit Tours. » L’écrivain a déjà une île, une rue et une plaque à son nom dans la ville, mais la municipalité compte faire plus : un appel d’offre va permettre de désigner un artiste dont la mission sera de créer une œuvre en hommage à Balzac afin de remplacer son buste qui trônait sur la Place Jean Jaurès, cette fameuse statue que les Allemands ont déboulonnée puis fondue lors de la seconde guerre mondiale, en 1942.

Dans la perspective de ce marché, « je reçois déjà des propositions » explique Jérôme Tebaldi qui organise une réunion sur le sujet chaque mercredi. L’œuvre, « qui devra être majeure » prendra place à Jean Jau… ou ailleurs, cela reste à trancher. Et ce n’est pas tout : l’adjoint compte également faire appel aux artistes tourangeaux pour mettre en place des œuvres éphémères faisant écho à Balzac dans différents endroits de la ville, « notamment à ses entrées, Place Choiseul ou à la sortie de l’autoroute A10 sur le Boulevard Heurteuloup. Cela permettrait de créer un Circuit Balzac pour les touristes. » Des propositions qui ne sont pas définitives, notamment parce que le budget de cette Année Balzac n’est pas connu (une souscription publique est envisagée comme nous l'évoquions en septembre). En revanche, la municipalité a acté le principe d’un parcours lumineux sur la partie Est de la cité, en particulier dans le secteur de la cathédrale.

Implication des associations et des acteurs culturels

Pour que cette Année Balzac soit une réussite, Jérôme Tebaldi espère bien fédérer le plus tôt possible un maximum d’acteurs autour de l’auteur tourangeau : « il faut que les associations s’emparent de la thématique et fassent des propositions. De plus, Balzac, je ne veux pas qu’on le renferme dans la culture. On peut aussi s’intéresser à lui sous le prisme de la cuisine ou de l’international. Balzac ce n’est pas qu’un homme du XIXème siècle, c’est aussi un homme de 2019. » Parmi les projets : une exposition au Musée des Beaux-arts, un spectacle au Théâtre Olympia ou un autre au Centre Chorégraphique National de Tours…

Quant à l’idée de débaptiser une grande artère de Tours pour lui donner le nom de Balzac, une suggestion initialement portée par le maire Christophe Bouchet qui pensait à la Rue Nationale (à ce sujet, lire cet article sur 37 degrés), elle était évoquée en septembre mais elle n’est plus vraiment à l’ordre du jour… « Pourquoi pas mais il y a des choses plus importantes » note Jérôme Tebaldi. « Faisons en sorte que les Tourangeaux s’emparent de cette année 2019. Si le bonheur est partagé et que les choses continuent, à ce moment-là on pourra réfléchir à affirmer davantage la présence de Balzac dans la ville de Tours. »

Olivier Collet