lundi 6 février, 2023

DEPARTEMENTALES : Debout la France se voit comme « un outil à utiliser »

Le parti de Nicolas Dupont-Aignan se lance dans la bataille dans deux cantons d’Indre-et-Loire dont celui de La Riche et Ballan-Miré. Entretien.

A l’échelle du département, Debout La France c’est une soixantaine d’encartés dont une dizaine de jeunes. Un petit poucet, ou un outsider si l’on ne veut froisser personne. Les trois candidats que nous rencontrons pour la campagne du parti Gaulliste sur le canton La Riche-Ballan y sont tous membres, mais seulement depuis quelques mois.

Chacun a ses raisons : militante associative de 35 ans, Yamina Mahboubi a rejoint les troupes au moment des européennes de 2014 mais sympathise avec la cause depuis 2011. Son objectif c’est de résoudre les problèmes qu’elle ne peut « que faire remonter » avec son étiquette associative. Son colistier Charles-Edouard Ranchin – cadre de 43 ans – est lui entré dans l’aventure au mois de décembre après n’avoir trouvé aucun autre parti « compatible » avec ce qu’il veut faire : promouvoir la relocalisation. Quant à Alexandre Fernique – étudiant géographe de 21 ans – il est engagé depuis juillet mais s’intéresse à ce mouvement « frais » et « pertinent » depuis 2007.

Tous les trois (et 4 si l’on rajoute la deuxième suppléante Fanny Hay) habitent… Tours. Ca ne les empêche donc pas d’aller attiser un peu plus la campagne de Ballan-Miré et La Riche (6 binômes de candidats au total). « On aurait pu aller à Tours Est, j’y suis très implantée et on y avait de bonnes chances » explique Yamina Mahboubi rejointe par Charles-Edouard Ranchin : « ce canton est celui qui est le mieux adapté à notre projet économique et social, ça ne servait à rien d’aller le présenter dans un quartier résidentiel ». Selon eux, avec ses 25 000 habitants + son mix de communes rurales, de zones d’activités et de secteurs urbains, c’est le territoire idéal, un laboratoire pour appliquer leurs idées : « Contrairement auix autres candidats, nous proposons plus d’emplois mais nous avons les outils pour cela. Ce n’est pas de la démagogie, les autres voudraient nos idées ! » expliquent-ils, en toute confiance, « on est un outil à utiliser ».

Une priorité économique : renégocier la dette

« Je ne cherche pas un emploi » ajoute encore Charles-Edouard Ranchin, qui s’est mis en congé de son entreprise pour faire sa campagne, « on veut recréer du dynamisme local ». Parmi leurs propositions : un bus qui fasse une boucle sur le canton aujourd’hui délaissé : « la zone d’activité de Ballan n’est pas desservie et il n’y a que trois bus par jour pour le château de Villandry. Pour le tourisme, c’est dramatique ». Autres idées : la création d’un dispensaire ou encore d’une bourse de 100€ pour les collégiens méritants (de l’argent sonnant et trébuchant pour la « reconnaissance »). Des projets dont ils ont étudié l’impact et le financement « Yamina m’a proposé les idées, à chaque fois j’ai cherché comment on pouvait les financer » précise Charles-Edouard Ranchin qui a aussi une grande idée en tête : renégocier les prêts du département dont le remboursement concerne 6% du budget. Avec son concept de relocalisation d’entreprise (« un emploi créé = 3-4 emplois indirects »), il espère aussi rendre la Touraine plus attractive donc augmenter les rentrées fiscales. 

Le souci – qu’ils le veuillent ou non – c’est qu’avec 4 candidats sur toute la Touraine, quoi qu’il arrive, Debout la France ne représentera pas grand chose à l’issue du scrutin. Mais en fait, ce que veut surtout le quatuor de La Riche-Ballan c’est se faire un peu de pub, mettre de la lumière sur ses idées, convaincre quelques abstentionnistes ou anti-système… Puis déranger les partis traditionnels, ce « microcosme » d’élus locaux « qui cumulent les mandats » et se tirent la bourre entre eux. « prévoient – à droite comme à gauche – tous les chantiers jusqu’en 2018 » le tout « dans un fonctionnement opaque ». Apparemment leur objectif est en partie atteint puisqu’ils se félicitent d’avoir refusé des alliances. Maintenant, ils espèrent atteindre 11 à 12% le 22 mars.

Olivier COLLET

Les autres candidats en lice :

CHAS Alexandre / TOURET Nathalie (UMP-UDI)
PERRET Carole / POTTIER Jean-Michel (FN)
LEMA-FREMONT Léonard / ZEK Branka (DVG)
BELLET Cécile / MICHEL Alain (DVG)
BOUDESSEUL Pascale / FERRER Thierry (PS)
 

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !