Indre-et-Loire

Trop de sangliers en Indre-et-Loire ? La préfecture veut plus de bêtes tuées

Elle vient de lancer un appel aux chasseurs.

De juillet 2017 à juin 2018, 7 300 sangliers ont été tués en Indre-et-Loire. Cela peut paraître beaucoup... mais la préfecture demande plus. « Préoccupées » les autorités ont lancé ce vendredi un appel aux chasseurs afin de faire augmenter ce chiffre, notamment parce que les sangliers sont accusés de détruire des récoltes. Autres problèmes : les nombreux accidents sur les routes (surtout en cette période hivernale) ou les dégâts sur des biens privés.

Afin de faciliter l’abattage des sangliers, la préfecture veut renforcer les contrôles pour vérifier que l’interdiction de nourrir les bêtes est bien appliquée dans les 11 communes où ce que l’on appelle l’agrainage a été suspendu de manière expérimentale depuis la rentrée 2018. Selon elle cela permettra de disperser les bêtes qui devront faire plus de chemin pour trouver de la nourriture, elles seront ainsi plus vulnérables. Parmi ces municipalités : Vallères, Druye, Azay-le-Rideau, Monts, Saché ou Pont-de-Ruan.

Dans cette zone, et sur l’ensemble du département, les chasseurs sont appelés à intensifier les battues quitte à organiser des opérations spéciales dès le mois de mars pour tuer des animaux supplémentaires et éviter une prolifération de l’espèce.