Tours

Vu et entendu à la manif’ de Tours contre les ordonnances Macron

Il y avait entre 3 600 et 5 000 personnes dans la rue ce mardi matin.

4 mois après l’élection d’Emmanuel Macron à la tête de l’État, voici la première grande manifestation du nouveau quinquennat. Et même si le président a tenté de faire passer certaines choses pendant l’été, tentant de profiter des vacances pour éviter une bronca, force est de constater qu’il y a de l’agacement dans l’air chez une partie de la population. Ainsi, à Tours, le cortège de rentrée a rassemblé 3 600 personnes selon les forces de l’ordre et entre 4 et 5 000 selon les syndicats. Pour une première, c’est beaucoup. Pour rappel, lors du mouvement contre la loi Travail sous Hollande, jusqu’à 7 000 personnes avaient défilé en Touraine.

D’ailleurs, entre la Place de la Liberté, les Tanneurs, les Halles et Jean Jaurès, on a souvent croisé ceux qui étaient déjà là pour s’opposer à la loi El Khomri : CGT, FO, Sud, Solidaires… Beaucoup de fonctionnaires, des retraités, des cheminots, la France Insoumise, Lutte Ouvrière. Les étudiants étaient en revanche plus discrets qu'en 20116.

Du côté des slogans, il y a eu les classiques du style « cette société là, on n’en veut pas ». Mais l’arrivée d’un nouveau président a aussi entraîné l’apparition de nouvelles saillies verbales. Par exemple, plusieurs personnes manifestaient avec une pancarte « fainéant en grève » ou « fainéant en marche » en référence au dernier discours d’Emmanuel Macron en Grèce. D’autres criaient « Macron t’es foutu les feignasses sont dans la rue. » Il y a eu aussi « Aie, aie, aie ! J’ai la macronite ! Vite, une ordonnance » en référence aux dispositions modifiant le code du travail adoptées via des ordonnances du gouvernement. Variantes : « la pilule ne passe pas même avec une ordonnance » et « le retrait (du texte) est le meilleur moyen de contraception. »

Dans les rangs, plusieurs personnes se disaient satisfaites de l’ampleur de la mobilisation. « Et ce n’est qu’une première » a-t-on entendu. Même si ça ne fait pas reculer le pouvoir sur ce coup-là, tous espèrent que le coup de pression fonctionnera : « c’est important que l’on marque les esprits tout de suite. » Une nouvelle journée d’action est d’ores et déjà prévue le 21 septembre avant le rassemblement parisien du 23 initié par la France Insoumise.

Voici un reportage photo dans le cortège tourangeau par Pascal Montagne…