mercredi 8 décembre, 2021
Ligue contre le cancer
Filbleu

[Le saviez-vous ?] Au CHU de Tours, une Maison des Femmes contre les violences

Share on facebook
Share on twitter
Share on email

Le dispositif est encore rare en France… Depuis le 1er juin 2021, l’hôpital Bretonneau de Tours héberge une Maison des Femmes, un lieu dédié aux femmes victimes de violences (physiques, sexuelles ou psychologiques). Un outil de plus dans le programme départemental de lutte contre les violences faites aux femmes (qui comporte déjà une antenne dédiée chez SOS Médecins Rue de la Dolve près de Jean Jaurès, des référents chez les forces de l’ordre dont une nouvelle antenne de la gendarmerie mais aussi un réseau associatif très dense avec des structures comme France Victimes, le Planning Familial ou le CIDFF).

La Maison des Femmes dépend de l’institut médico-légal du CHU, un service qui ne se contente pas de faire des autopsies comme on le croit parfois. Composé d’une vingtaine de professionnels, il a reçu 3 500 victimes de violences en 2020 dont 500 femmes victimes de violences conjugales et 1 000 mineurs. Des chiffres en augmentation constante.

Un accompagnement médical, psychologique, social, administratif…

Néanmoins, toutes les victimes ne portent pas plainte. Par choix, par peur des conséquences… Les motifs sont multiples et appartiennent à chacune d’entre elles. Néanmoins, la directrice de l’IML, la Professeure Pauline Saint-Martin, a estimé qu’elles devaient avoir accès à une prise en charge globale. D’où cette Maison des Femmes. Après un premier contact pour déterminer l’urgence du rendez-vous, elles sont reçues par un médecin, Justine Canalès.

« La première consultation dure environ 1h. On laisse libre cours à la parole car souvent ces femmes n’ont jamais eu ce temps pour être écoutées. On fait un point général de leur vie, de ce qu’il en était avant les violences, elles expliquent ce qu’elles ont subi puis on déterminer les conséquences sur leur psychologique et sociale, les séquelles physiques puis ce dont elles ont besoin pour être accompagnées afin de sortir de ces violences et de leurs difficultés. »

De ce 1er rendez-vous peuvent en découler d’autres… Ou pas. C’est à la personne reçue de choisir. Dans tous les cas, Justine Canalès peut les orienter vers des assistantes sociales, des psychologues, des associations, des juristes ou les forces de l’ordre. Donc pour proposer un accompagnement dans le dépôt de plainte, un suivi médical, une aide aux démarches administrative…

Un lieu relais également ouvert aux enfants

Les délais de rendez-vous sont d’un mois à la date de publication de ce texte mais il y a toujours possibilité d’être pris en urgence. Et de venir à la Maison des Femmes sans s’être annoncée auparavant. Le lieu peut servir de refuge quelques heures le temps de mettre en place un hébergement d’urgence, par exemple. Meublé de façon conviviale, il dispose d’un coin dédié aux enfants. Et il y a possibilité d’avoir une écoute de la mère seule, pour qu’elle puisse parler librement. Un espace est également dédié aux associations partenaires dont France Victimes, en attendant la mise en place de groupes de parole ou d’ateliers en 2022. Le personnel doit aussi s’agrandir avec l’arrivée d’une infirmière et d’une secrétaire.

Rappelons bien que la Maison des Femmes est autant ouverte aux victimes de violences conjugales qu’à celles qui ont subi des violences psychologiques comme du harcèlement moral au travail ou du harcèlement scolaire. Pour plus d’infos, appelez le 02 47 47 46 00 du lundi au vendredi de 9h à 17h.

CARECO
Share on facebook
Share on twitter
Share on email

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !