mercredi 7 décembre, 2022
  • Ligue contre le cancer

Autoroute A85 : la nouvelle sortie de Langeais suscite l’adhésion

C’est un projet dont on parle depuis des années et qui en bonne voie : la construction d’un nouvel échangeur autoroutier sur l’A85, entre Tours et Angers. Un aménagement réclamé par une partie de la population du Nord-Ouest de la Touraine, avec l’ambition de réduire les temps de trajets entre Tours et cette partie rurale du département.

Après 15 ans de débats sans avancée, la préfecture d’Indre-et-Loire a accepté le projet au printemps 2021. L’objectif c’est de créer deux demi-échangeurs d’ici 2026, un peu comme celui de Saint-Avertin sur l’A10. Le premier serait situé à Langeais-Nord et le second près de Restigné, sur le territoire de la commune de Coteaux-sur-Loire, à proximité de la D71, route à laquelle il sera raccordé. Deux ans de travaux seraient nécessaires, soit un début de chantier en 2024

Après une concertation sur l’échangeur de Restigné cet hiver, une autre a eu lieu à partir de fin avril pour Langeais-Nord.

Les résultats ont été communiqués par la préfecture d’Indre-et-Loire : 377 avis et observations ont été formulés. D’après les services de l’Etat, 92,7% des messages sont favorables au projet     ou n’affichent pas d’opposition. De nombreux riverains valident ainsi l’intérêt d’aménager une zone de covoiturage pour faciliter les déplacements partagés (53% des réponses). L’envie de création de bornes de recharge pour véhicules électriques est également formulée par 13% des personnes qui ont donné leur avis.

« Des études détaillées, intégrant les apports de cette concertation publique, vont désormais être menées en suivant les orientations annoncées dans le bilan. Le projet résultant de ces études sera présenté au public lors de l’enquête publique préalable à la déclaration d’utilité publique du projet » précise la préfecture.

Une étape attendue au début de l’année 2023. C’est seulement à son issue que le chantier sera définitivement validé. Des recours restent possibles, d’autant que les projets routiers ont de moins en moins la cote : on se souvient récemment de l’abandon de la déviation de l’Île-Bouchard. Réclamée depuis des dizaines d’années par des riverains, elle a été rejetée au nom de l’écologie et d’un faible bénéfice estimé pour le territoire.

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !