jeudi 8 décembre, 2022
  • Ligue contre le cancer

La sécheresse s’aggrave : restrictions alourdies en Indre-et-Loire

Températures estivales et pluies quasi absentes… Depuis plusieurs semaines la situation météo est critique en Indre-et-Loire. La preuve : la préfecture a pris un arrêté de restrictions d’eau dès le 5 mai, ce qui est particulièrement tôt. On s’oriente même vers une situation plus difficile qu’en 2019, dernière grande sécheresse observée localement…

Globalement « c’est depuis l’été dernier que l’on a un fort déficit de pluie » indique ce jeudi la préfète d’Indre-et-Loire Marie Lajus qui annonce la 4e période la plus sèche dans les 60 dernières années. Un seul mois fait exception : décembre 2021. Mais sinon, la pluviométrie est bien en dessous des normales et le niveau des réserves souterraines s’avère faible… Ainsi on est en moyenne à 30% de déficit d’eau sur le département (15% dans l’Ouest mais 50% pour les secteurs les plus touchés dans le Lochois). Les conséquences sont concrètes : certains agriculteurs ont déjà commencé à irriguer leur blé, d’autres qui ont planté du tournesol ne voient pas les plantes sortir de terre.

Même s’il n’y a pas d’inquiétude pour la distribution de l’eau potable à la population, l’eau dont le niveau baisse a des conséquences sur la biodiversité (elle se réchauffe ce qui peut entraîner plus de mortalité chez les poissons). Résultat : « On passe à un cran supplémentaire cette semaine » indique la préfecture tourangelle avec désormais 7 cours d’eau touchés par des interdictions d’usages et 2 par des restrictions. Une situation amenée à durer voire à s’amplifier, « les prévisions sur plusieurs semaines indiquent que l’on va rester sur un temps estival » note Marie Lajus qui craint des pluies toujours faibles à moyen terme.

Voici les principaux secteurs concernés : les abords du Brignon, la Choisille, le Négron, la Veude de Ponçay et des ruisseaux (La Couée, le ruisseau des Vallées et celui de la Fontaine Ménard).

Parmi les restrictions on peut citer l’interdiction de l’arrosage de 8h à 20h pour les particuliers ou celle d’irriguer 3 jours par semaine dans les champs (un planning négocié entre les exploitants et la Chambre d’Agriculture et qui peut être contrôlé avec sanctions en cas de non respect, la pénalité pouvant atteindre 3 000€ en cas de récidive).

Par ailleurs, en secteur d’interdiction les particuliers ne peuvent pas remplir leur piscine. Des mesures concernent aussi les golfs ou les terrains de sport, même si des dérogations sont possibles.

En dehors de ces gestes d’économie d’eau imposés, le préfecture appelle l’ensemble de la population à faire des efforts dès aujourd’hui, même hors secteur de grande sécheresse. « Des mesures de bons sens que chacun peut appliquer à son niveau » nous dit-on (ne pas laisser couler l’eau du robinet, ne pas nettoyer sa terrasse, diminuer les arrosages de fleurs ou potages…). Une nécessité vu que la situation est amenée à s’aggraver : un renforcement des mesures est déjà envisagé début juin, d’autant que le niveau de vigilance du niveau de la Loire est déjà presque atteint.

Les arrêtés complets avec les zones de restrictions et interdictions sont en ligne sur le site de la préfecture d’Indre-et-Loire.

Olivier Collet

À lire sur Info Tours

Vous aimez lire Info Tours ?

Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux !